«Vous n’êtes pas un obstacle à la réalisation de notre projet», la réponse de Zima Ebeyard à Laccruche Alihanga

Le député Minault Maxim Zima Ebeyard signataire de L'Appel à agir © D.R

Moins de 48 heures seulement après l’appel lancé par le directeur de cabinet du président de la République Brice Laccruche Alihanga qui a appelé les « concitoyens à s’engager pour mener de manière concrète des actions visant le bien commun », en réponse à l’Appel à agir mis sur orbite par dix personnalités de l’opposition et de la société civile, la réplique ne s’est pas fait attendre. Dans une déclaration parvenue à Gabon Media Time, le député  de Mitzic Minault Maxim Zima Ebeyard, signataire dudit appel, a adressé une réponse cinglante à celui qu’il qualifie de « maître-sosie ». In extenso l’integralité de ladite déclaration



« Et le « marionnettiste », le « maître-sosie », le BLAgueur du Vieux Port de Marseille répondit à l’appel !

C’est volontairement que nous avons entrepris de ne pas nous occuper de choses viles pour nous concentrer sur le Gabon. Mais comme la chose vile s’invite à nous, nous allons faire un effort. Dommage !

Sûrement gêné que nous ne lui ayons pas adressé de demande d’audience, notre DCP « éboueur et cureur de caniveaux » s’invite à la table pour nous proposer un débat de caniveaux. Sauf à penser que lui et ses amis ont mis notre pays tellement bas qu’il faut aller le chercher dans les caniveaux. Au fait, DCP c’est encore quoi : Distingué Camarade Président ou Directeur de Cabinet du Président ? Par ces temps d’imposture généralisée, la précision ne serait pas de trop. Un DCP peut en cacher un autre.

Monsieur « BLAgueur » vous n’êtes pas un obstacle à la réalisation de notre projet car, pour nous, vous n’existez pas parce que notre Constitution ne vous connaît pas. Et puis, comme un de vos prédécesseurs, hier Gabonais, devenu aujourd’hui milliardaire, chef coutumier et spirituel dans son vrai pays, professionnel de l’enfumage comme vous, à croire que vous avez été recrutés par la même agence d’intérim, vous partirez couler votre douce retraite dans le sud de la France ou ailleurs. Heureux retraité avec une fortune que vous aurez « durement » travaillée au Gabon. D’autres avant vous l’ont fait et cela n’a pas ruiné notre pays.

Cher « BLAgueur » nous nous battons pour notre vivre ensemble. Vous gagneriez à vous inscrire dans le même combat. Si toutefois vous vous sentez du pays. Retenez que, ce qui rend le Gabon immortel, ce n’est pas son argent, ce sont ces valeurs que nous défendons et que tous ses enfants doivent avoir en partage.

La vérité est que, vous existez parce que le Premier ministre a renoncé, vous existez parce que le Président de l’Assemblée Nationale et le Président du Sénat ont renoncé, vous existez parce que la Cour constitutionnelle à travers ses neuf juges a renoncé. Vous existez parce que ceux qui doivent agir ont renoncé. Et c’est aussi à eux que nous lançons notre « Appel à Agir ». A eux, parce qu’ils ont la capacité de faire cesser le désordre actuel dont vous êtes le bénéficiaire ultime; à eux parce que quand vous serez parti, comme d’autres hier, et c’est une évidence, ils resteront avec nous et nous allons toujours partager quelque chose de plus fort et plus noble que l’argent : le Gabon. Parce que Mborantsuo ne sera heureuse qu’au Gabon et sur les bords de la Mpassa; parce que Boukoubi ne sera heureux qu’au Gabon et sur les bords de la Bouenguidi; Parce que Maganga Moussavou ne sera heureux qu’au Gabon et sur les bords de la Ngounié… Ils ont peut-être peur de nous mais ils ont plus à craindre de vous.

Je vais vous faire une révélation : ils ont déjà vu votre jeu. C’est justement pour cela que nous leur demandons de bien ouvrir les yeux pour mieux voir votre jeu qui risque de les emporter tous. Vous voulez construire votre trône en détruisant notre vivre ensemble, en distrayant nos enfants dans une vie de paillettes et de mystification. Vous avez bien compris que c’est aussi à votre plan que s’attaque notre « Appel à Agir ».

Qu’il est bien loin le temps des Michel Essongue, Jean Ping, Jean Pierre Lemboumba et autres, ces Directeurs de Cabinet du Président (DCP) qui ne rêvaient pas d’être Distingué Camarade Président (DCP), qui donnaient une véritable noblesse à une fonction qui vaut par la discrétion de celui qui en a la charge, son savoir-faire et surtout son savoir-être. L’efficacité d’un DCP se lit à la sérénité que dégage celui qu’il est censé servir au quotidien. Le président de la République est le reflet de son Cabinet. La vérité est là !

Cher BLAgueur, avec vous, les « fatigues sévères » ont encore de beaux jours devant elles.

Maintenant, vous pouvez retourner à vos caniveaux !

Pour le Gabon, Agissons !

Minault Maxime  Zima Ebeyard

Député à l’Assemblée Nationale

Secrétaire Exécutif de l’Union Nationale »

Laissez votre commentaire