mercredi,15 juillet 2020
Accueil A La Une Ndong Sima : «la création de la fonction de Coordinateur Général...

Ndong Sima : «la création de la fonction de Coordinateur Général des Affaires Présidentielles n’est pas opportune»

Raymond Ndong Sima s’est à son tour  prononcé, par le biais d’une publication sur sa page Facebook,  au sujet de l’une des questions brûlantes de l’actualité politique gabonaise. Comme d’autres personnalités politiques, l’ancien Premier Ministre est revenu sur la création de la fonction de Coordinateur Général des Affaires présidentielles ponctuée par la nomination à ce poste de Noureddine Bongo Valentin, fils d’Ali Bongo Ondimba. 

Global Media Time Gifpx

Raymond Ndong Sima est l’un des ex plus proches collaborateurs du président de la République Ali Bongo Ondimba, pour avoir été pendant plusieurs années, son Premier ministre. Ce natif d’Oyem est à ce titre l’un des hommes les plus importants et les plus influents du premier magistère de l’actuel chef de l’Etat. Sa connaissance et sa maîtrise des facettes de la politique gabonaise se présument d’elles mêmes. C’est dire qu’il fait partie des personnalités dont la prise de position dans ce sujet qui suscite polémique et incompréhension dans le landerneau de l’opinion et des lecteurs  avisés de la politique gabonaise est attendue. 

D’emblée et mettant les pieds dans le plat, Raymond Ndong Sima a constaté avec désolation combien ceux qui ont la charge de l’Etat érigent des priorités aux antipodes des aspirations du peuple en fomentant des projets qui flirtent avec la monarchisation dans une société pourtant reconnue comme démocratique. Alors que l’avenir du pays s’obscurcit et que « le peuple se débat pour savoir comment joindre les deux bouts, aller de Libreville à n’importe quelle autre ville du pays, y compris pour aller y enterrer ses morts », les locataires du palais du bord de mer jouent une partition aux desseins inavoués mais tout aussi perceptibles par la conscience sociale. 

Et l’ancien Premier ministre n’est pas dupe, pour avoir côtoyé ces milieux, il le sait et en est conscient. Par cette nomination de Noureddine Bongo Valentin au poste de Coordinateur Général des Affaires Présidentielles, « la nomenklatura affine ses stratégies de conservation et de consolidation du pouvoir ». Raymond Ndong Sima est catégorique, Ali Bongo Ondimba et son entourage préparent Nourredine à l’exercice du pouvoir et alors que le pays se délite, cette manoeuvre du palais «  illustre à merveille le fossé qui s’est creusé entre le sommet de l’État et le reste du pays.»  

Abordant en sus l’aspect technique de la fonction, Raymond Ndong Sima a estimé que cette nomination était inopportune, déclarant même de façon explicite et manifeste que « C’est une mauvaise décision ». Pour l’ancien locataire de l’avenue Jean Paul 2, cette fonction de Coordinateur Général des Affaires Présidentielles se confond avec celle de Directeur de cabinet qui dans toutes les administrations du monde, est inhérente à celle du président de la République. Ce qu’il va d’ailleurs réaffirmer en expliquant que « le premier assistant du président de la république au Gabon et partout ailleurs dans le monde est son directeur de cabinet. Il voit tous les dossiers qui arrivent sur la table du président, assiste à tous ses entretiens », pouvait-on lire sur sa page facebook.  

Cette fonction de Coordinateur Général des Affaires Présidentielles, compte tenu de l’existence de celle de Directeur de Cabinet, est foncièrement inconvenante et contre-indiquée. L’ancien chef de la Primature exhorte Ali Bongo Ondimba, en conséquence, à faire preuve de sagesse en revenant sur sa décision tout en invitant ceux qui, mus par des appetits vils et opportunistes, « argumentent pour justifier la création de cette fonction qu’elle soit ou non confiée au fils du président, à faire preuve de lucidité et surtout de discernement », car pareille initiative conforte et enfonce le chef de l’Etat dans « l’erreur ». 

Et pour taire toute suspicion, toute critique visant à arrêter l’analyse de l’ancien premier Ministre au seul fait qu’il s’agisse du fils d’Ali Bongo, Raymond Ndong Sima, au terme de sa publication a tenu à  levé l’équivoque « Et si cette fonction était confiée à un autre Gabonais elle ne serait pas plus acceptable » at-il conclu. 

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Agasa Pub Pavé Portrait Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire
Street 103 Gabon Gmt