jeudi,22 avril 2021
AccueilDerniers articlesNdende: accusé d'avoir retardé un cortège funèbre, il est passé à tabac

Ndende: accusé d’avoir retardé un cortège funèbre, il est passé à tabac

Cette scène surréaliste a eu lieu la semaine écoulée sur la route de Ndendé-Doussala dans la province de la Ngounié, rapporte le quotidien L’Union. Faustin Ndziengui, un fonctionnaire du ministère des Travaux publics (TP) a été copieusement passé à tabac par plusieurs individus sous prétexte qu’il aurait fait retarder un cortège funèbre.

En Afrique, le respect des morts a une portée capitale. À telle enseigne qu’une inattention peut se payer cash et vous coûter cher. Faustin Ndziengui l’aura appris à ses dépens la semaine dernière à Ndendé-Doussala. Ce jour-là, le fonctionnaire du ministère des Travaux publics en service à la subdivision du chef-lieu du département de la Dola. Ce compatriote ignore encore la sacralité liée aux morts dans cette région du pays.

Chef du chantier de la remise en état du tronçon routier précité, Faustin Ndziengui régulait tout logiquement la circulation afin d’éviter des éventuels accidents. Non informée de ces recommandations, une famille endeuillée décidera de bafouer les règles. Pour ce faire, elle fait le forcing pour que le cortège funèbre passe en priorité. Ils essuieront un refus du chef de chantier.

Face au retard accusé, deux membres de ladite famille décident d’en venir aux mains. En supériorité numérique, ces derniers parviennent à prendre le dessus sur l’agent des travaux publics désarmé et surpris. Visage défiguré, la victime ne s’en sortira que grâce à la bonne conscience des autres membres de la famille qui sont intervenus. Dans la foulée, Faustin Ndziengui sera conduit au Centre médical de Ndendé.

À l’instant où nous couchons ces lignes, la victime n’aurait toujours pas intenté d’actions en justice contre ses bourreaux.  Il nous revient toutefois que le Ministère des Travaux publics aurait décidé de suspendre la poursuite du chantier en cours. Et ce, jusqu’à ce que les mis en cause soient interpellés puis traduits en justice pour ladite agression. Au Village Moussonga où la dépouille a été acheminée, l’heure est à la panique générale.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Bestheinfusion