Nationale 1: 500 véhicules dont 20 corbillards bloqués par la montée des eaux au PK 80

La montée des eaux empêche la circulation au PK 80 de Libreville © D.R

Les difficultés rencontrées par les usagers de la Nationale 1 sont loin d’avoir trouvé leur épilogue. Ce vendredi 9 novembre 2018,  la circulation a été une fois de plus interrompue au niveau du Pk 80 créant un énorme embouteillage sur cet axe empêchant durant de nombreuses heures plusieurs citoyens de regagner leurs destinations.

En effet, le vendredi 9 novembre 2018, les usagers de la nationale 1 ont eu beaucoup de difficultés à circuler notamment, au niveau du PK80 dans le département du Komo. Pour cause la rivière Bokoué, un affluent du fleuve éponyme à ce département de la province de l’Estuaire, a débordé de son lit suite à la forte averse enregistrée dans la nuit du jeudi, empêchant ainsi le passage des Véhicules.

Cet incident a nécessité le renfort des agents de la gendarmerie de Kango, qui tout le long de la journée se sont attelés à porter secours aux habitants et usagers de cette voie. La crue des eaux de plusieurs mètres a  nécessité l’intervention d’engins de construction, notamment ceux de l’entreprise chinoise qui s’occupe du tronçon Ntoum Pk 104. « le niveau de l’eau pouvait atteindre 3 à 4 mètres de hauteur dans le périmètre immédiat de la rivière. Il a fallu attendre la décrue pour débuter les opérations destinées à la relance», a confié une source proche de la gendarmerie de kango, à nos confrères de L’Union.

La tâche n’a pas été une promenade de santé, bon nombre de véhicules ont été tractés soit une centaine dont 20 corbillards qui devaient rallier l’intérieur du pays. Mais, alors que l’opération se déroulait sans encombre, l’un des engins de secours, de la société chinoise est tombé dans un cratère, ce qui a compliqué le processus de sauvetage.

« La tâche est devenue plus délicate, car les esprits menaçaient de s’échauffer. Mais nous n’entendions pas céder à la panique et faire courir des risques aux usagers, vu que le cours d’eau n’avait pas complètement achevé sa décrue », a déclaré un responsable de l’unité de la gendarmerie, membre de l’opération de sauvetage.

Laissez votre commentaire