Nanda insuffle des «Mots-Râles» à la galerie d’art Effaro

Naelle Sandra Nanda et Benicien Bouschedy au moment de la présentation des «Mots-Râles»

«Libre est la race des poètes clamait Démosthène. Cette liberté est indubitablement perceptible dans la beauté des mots exprimés par la jeune artiste Nanda, qui ce vendredi 7 juillet, a procédé non seulement à la présentation officielle de son recueil de poème intitulé «Mots-Râles», mais a également gratifiée les aficionados des beaux mots d’un mini spectacle riche en émotion et en couleur.

La scène poétique gabonaise vient, sans nul doute, de s’enrichir d’une oeuvre qui portera l’art lyrique au sommet de sa gloire et fera découvrir une énième fois, l’un des talents dont regorge notre beau pays. «Mots-Râles» est le joyaux poétique coloré slam que livre l’artiste Nanda.

Évoquant l’oeuvre de Naelle Sandra Nanda, le critique littéraire et écrivain, Benicien Bouschedy, a décortiqué chirurgicalement les vers contenu de «Mots-Râles». Il «est un recueil poétique vêtu de 24 titres qui a su tisser plus de 2558 vers en 96 pages. Dans ce recueil, chaque titre est une expression, l’auteur nous invite à partager son micro. Puisqu’au delà de tout, c’est de la poésie-dit, du slam-poésie dont la liberté de l’écriture, du lire et du dire lyrique scande la déconstruction nouée à une satire qui dénote d’un vécu douloureux ou d’une observation qui viole la stabilité de l’Être» a t-il souligné.

Cette oeuvre au relent éclectique et contestataire, teintée d’une revendication identitaire gabonaise, Nanda traduit la singularité de l’âme d’une nouvelle génération qui «n’a pas le courage de se taire». La beauté de sa prose se prolonge également avec brio dans ses prestations vocales enivrantes qui, lors du spectacle qu’elle a donné pour l’occasion, a emporté l’assistance dans les méandres de l’émotion poétique.

En définitive, Naelle Sandra Nanda, comme a souligné Benicien Bouschedy dans sa présentation, nous exhorte à la contemplation de la contestation, «parce qu’on n’a pas le courage de se taire» «on sera de ceux qui contestent, on fera crier nos crayons, on criera tout haut» «Nous sommes de ceux-là qui ont eu la faiblesse de parler».

Laissez votre avis