Nancy Bongo remporte le premier mariage tous frais payés du collectif L’kuèle Brunch

La lauréate encadrée par des membres du collectif © GMT

Comme annoncé depuis plusieurs jours, c’est le weekend dernier que s’est tenu au Radisson Blue de Libreville, la première  édition du ‘’Salon du mariage autrement’’ organisé par le collectif L’kuèle Brunch composé de cinq femmes entrepreneurs avec l’appui de plusieurs partenaires. A l’issue du salon, une tombola dont le lot le plus convoité était un mariage haut standing offert par le collectif et ses sponsors, avec un accompagnement médiatisé dans tout le processus.

Pour une première organisation, on pourrait aisément dire que ce fut un coup de maître.  Le collectif a mis les petits plats dans les grands afin de satisfaire tout le public qui a effectué le déplacement du Radisson Blue à Libreville.  Axé autour du mariage à l’état civil pour cette édition, les ateliers animés par des experts  ont largement édifié le public composé de mariés, de fiancés et des célibataires. Par les thèmes retenus dans les ateliers, il y avait la question de la gestion des biens des conjoints au cours de la contraction du mariage.

A ce sujet, Nadia Bongo Ondimba, juriste  a expliqué qu’ «en tant que juriste, je conseille le régime de la séparation des biens parce qu’il est le plus simple lors de la séparation. Au début quand on se marie tout se passe bien, et quand ça ne se passe plus bien, il est bon que les finances soient protégés en cas de séisme amoureux. Mais en tant que femme, bien entendu, je préfère le régime de biens communs réduits au laquais.  Cela veut dire que chacun garde les biens propres qu’il avait avant le mariage, si vous aviez une maison avant de vous mariez elle reste la vôtre. Tout ce que vous avez eu avant votre mariage reste votre bien propre. Maintenant, c’est ce que vous allez gagner pendant le mariage qui saura être divisé au cours de la séparation». Le mariage à la coutume n’a aucune valeur juridique autrement dit, il ne confère aucun droit aux époux surtout pas à la femme.

Ce salon a permis aussi d’aborder une question taboue dans la vie du couple : la sexualité. L’intervenant Docteur Pihebi, sexologue a indiqué que : «Le mariage n’est consommé qu’après un rapport sexuel, même si on ne se marie pas pour le sexe, il n’est consommé qu’après un rapport sexuel. Le sexe est très important dans le mariage».  A côté du défilé de mode, agrémenté par des créations de Yezdad Design et d’autres couturiers et prêt-à-porter partenaires, il y a eu la tombola où plusieurs lots ont été distribués après tirage au sort sous le regard d’un huissier de justice.

Nancy Bongo, grande lauréate s’est dit satisfaite. «Je remercie tout le groupe, merci encore. J’avais un mariage en vue mais, je n’avais pas encore de date. Je conseille aux autres couples de venir l’an prochain. Je salue l’initiative, j’ai vraiment aimé». Ainsi donc, le collectif L’kuèle Brunch va organiser son mariage en mi 2018.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire