Mpouho Epigat: «Nous devons nous mobiliser afin de mettre un terme à cette cabale contre Ali Bongo»

Ernest Mpouho Epigat, directeur général de la Socité de patrimoine © GMT/GP

La polémique sur la capacité du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba n’a pas fini de susciter des réactions au sein de la classe politique gabonaise. La dernière en date est celle de l’actuel directeur général du patrimoine Ernest Mpouho Epigat qui dans une lettre ouverte adressée aux populations du Haut-Ogooué, a demandé à celles-ci de se mobiliser massivement pour défendre le président de la République. Nous publions in extenso ladite communication.

GABON LIBREVILLE

« Lettre ouverte à mes frères et soeurs du Haut-Ogooué

En 2009 et en 2016, nous, populations du Haut-Ogooué, avons massivement et majoritairement soutenu la candidature et le projet politique d’Ali Bongo Ondimba. Ce soutien sans faille a été plus que déterminant dans son élection et sa réélection. Au moment de la crise post-électorale de 2016, nous lui avons réaffirmé notre soutien indéfectible en déjouant les complots des partisans de la terre brûlée.

En octobre dernier, le Chef de l’Etat Ali Bongo a été momentanément éloigné du pays en raison de problèmes de santé. Fidèles à nos valeurs de solidarité et de fraternité, nous, populations du Haut-Ogooué, avons clairement exprimé notre loyauté envers le Président de la République en nous mobilisant et en organisant des séances de prières et d’intercessions en vue de son rétablissement.

Fort heureusement, Dieu et nos ancêtres ont entendu nos prières. Pour preuve, le Président est depuis peu de retour parmi nous. Il a progressivement recouvré la santé et renoué avec son agenda. Et c’est dans ce même temps que certains de ses détracteurs en mal de notoriété et de reconnaissance, l’attaquent sur ce qu’il a de plus cher après le Gabon, sa vie privée.

Le débat politique qui jusqu’ici était de qualité avec des échanges cordiaux et respectueux entre les différents protagonistes, s’est graduellement transformé en insultes et en invectives à l’encontre du Chef de l’Etat, de son épouse Sylvia Bongo Ondimba et de l’un des ses plus fidèles et loyaux collaborateurs, en la personne de Brice Laccruche Alihanga, son Directeur de Cabinet.

Cependant, je regrette de constater le silence inquiétant de nous, populations du Haut-Ogooué, face à ce spectacle pathétique et désolant. Comment pouvons-nous rester indifférents lorsque l’honneur de notre belle-sœur, belle-fille et mère est ainsi bafoué dans les médias, notamment les réseaux sociaux? Qu’attendons-nous pour réagir avec la plus grande énergie et la plus grande fermeté lorsque la première Dame est attaquée et vilipendée par une horde de politiciens en manque d’imagination?

Est-il besoin de préciser que le rétablissement du Chef de l’Etat est un processus à la fois physique et mental qui nécessite qu’il soit dans un climat modéré, sans tension? De telles attaques déloyales ne pourraient que l’affecter moralement et l’affaiblir davantage.

Mieux encore, au moment où son Directeur de Cabinet et le gouvernement s’attèlent à mettre en musique, de la meilleure manière qui soit, ses orientations, des individus mal intentionnés tentent de saboter leur action en propageant des contre-vérités dans les médias, dans l’unique but « d’éliminer » de façon aussi vile et abjecte son Directeur de Cabinet et de rendre illisible l’action gouvernementale.

Face à de tels errements, il faut réagir. Nous devons nous mobiliser afin de mettre définitivement un terme à cette cabale nauséabonde orchestrée contre Son Excellence Ali Bongo Ondimba et son épouse. Il nous incombe de les soutenir et de les défendre sans ménagement et ce, par tous les moyens nécessaires.

Votre frère et fils,

Ernest Mpouho Epigat »

Laissez votre commentaire