mardi,21 septembre 2021
AccueilDerniers articlesMounana: un enseignant au coeur d’une querelle amoureuse et d’un suicide

Mounana: un enseignant au coeur d’une querelle amoureuse et d’un suicide

Ecouter cet article

On en sait un peu plus sur le mobile ayant conduit au suicide de Nathanaëlle Ndembi Moutamba, une élève, le vendredi 30 avril 2021, à Mounana, dans le département de la Lebombi-Leyou dans le Haut-Ogooué. Selon notre confrère l’Agence gabonaise de presse (AGP), la jeune fille de 19 ans aurait consommé du raticide sous la pression de son amie qui lui reprochait d’avoir détruit sa relation amoureuse avec un jeune professeur dudit établissement.

Que s’est-il passé pour que Nathanaëlle Ndembi Moutamba en vienne à s’ôter la vie? Plus les heures passent, plus les choses semblent se préciser. En effet, l’AGP dans sa livraison de ce jour révèle que l’élève en classe de seconde au lycée Bruno Bokoko de Mounana a mis un terme à ses jours suite à des menaces proférées à son encontre par une de ses condisciples. Son amie lui reprochait, entre autres, d’avoir été la cause de sa rupture avec un des professeurs de l’établissement qu’elles fréquentaient, toutes les deux.

D’après Guy Constant Badinga, proviseur intérimaire dudit Lycée, il s’agirait nulle autre que d’une querelle amoureuse. Ce dernier précise que la défunte aurait reçu pour mission de la part d’un professeur de mathématiques de l’établissement, de  mener des enquêtes sur sa petite amie Manuella Nyangui Majnonie. Le but étant de s’assurer que cette élève avec qui il entretenait une relation, lui était fidèle. Dans la foulée, Nathanaëlle Ndembi Moutamba démasque sa copine auprès du professeur.

Informée de la trahison de son amie, Manuella Nyangui va s’en prendre à l’informatrice qu’elle accuse de vouloir détruire son couple. « Je vais porter plainte, et comme tu as détruit mon couple, il faut maintenant rester avec lui, comme c’est ce que tu veux depuis », aurait-elle lancé à Ndembi Moutamba Nathanaëlle. Culpabilisant, Nathanaëlle planifie son suicide. « Quelques jours avant sa mort, elle fait des selfies avec ses camarades et leur dit que quand elle va mourir c’est ce qu’ils auront à publier », rapporte Constant Badinga, le censeur pédagogique.

Va s’ensuivre une série de disputes qui se poursuit sur les réseaux sociaux. Le Censeur vie scolaire 2, Rony Ondamba, sera interpellé sur l’affaire et va convoquer les deux jeunes filles. Le vendredi 30 mai dernier, une fois dans le bureau,il va interroger Ndembi Moutamba Nathanaëlle. « Elle m’a menacé de porter plainte et que je continue avec le mari puisque j’ai détruit son couple » a-t-elle déclaré. 

Durant leur conversation, le censeur constate que l’élève transpire à grosse goutte, malgré la climatisation et présente des malaises. Elle est conduite d’urgence à l’hôpital. En cours de route, elle aura eu le temps d’avouer à une de ses amies venue porter secours à l’administration qu’elle a consommé du raticide la veille. L’infirmière tentera le tout avant l’arrivée du Samu, mais la jeune fille aura déjà rendu l’âme.

Actuellement le professeur cité dans l’affaire ainsi que son amante se trouvent en garde à vue au commissariat de Mounana pour les besoins de l’enquête et pour assurer également leur protection. Selon les agents de force de police, le rapport est en train d’être constitué et sera transmis au parquet vendredi 07 mai au plus tard. Pour les responsables du lycée Bruno Bokoko, c’est à la justice d’établir les responsabilités des uns et des autres dans cette affaire.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Enami Shop