Moulengui Bussugu Ibala en vpr des mesures d’austérité au pk7

Le coordinateur du collectif des Jeunes leaders des pks, Moulengui Bussugu Ibala © GMT

Ce samedi 14 juillet 2018, les populations du pk7  zone Nkole-Ngoum, dans le 6e arrondissement de Libreville, ont eu la visite du collectif des «Jeunes leaders des pks», conduit par son coordinateur, Moulengui Bussugu Ibala. À l’ordre du jour de cette rencontre qui se voulait citoyenne et décomplexée, les membres du collectif ont eu à édifier leurs concitoyens sur les récentes mesures prises en Conseil des ministres le 21 juin dernier.

C’est en présence de plusieurs chefs de quartiers que compte cet arrondissement, dont Firmin Boubemga, chef de quartier du pk7 zone Nkole-ngoum, que Moulengui Bussugu Ibala, s’est mué en Vpr des mesures gouvernementales du 21 juin dernier. Ainsi, il a tenu à édifier ses interlocuteurs sur l’importance de ces décisions qui devrait permettre de relancer l’économie du pays.

Dans la foulée, il a égrainé les différentes décisions visant à réduire le train de vie de l’État et assainir les finances publiques, notamment le gel des recrutements dans la fonction publique, la réduction des effectifs dans les cabinets du président de la République, du Premier ministre et des ministres, les décotes sur les salaires des fonctionnaire gagnant plus de 650 000 Fcfa, qui selon lui devrait permettre de réaliser des économies de l’ordre de 70 milliards. Il a fait remarquer que ces économies réalisées serviront non seulement à l’investissement c’est-à-dire à l’amélioration des conditions de vie des populations, mais aussi à la création d’emploi.  

Au fil des échanges avec les populations venues nombreuses pour l’écouter, Moulengui Bussugu Ibala a expliqué le bien fondé de ces mesures. «Nous sommes là pour expliquer aux populations en quoi sont bonnes lesdites mesures d’austérité. Car elles permettent entre autres de réduire le train de vie de l’État et assainir les finances publiques», a-t-il indiqué.

Si le jeune leader se dit toutefois satisfait, car ses concitoyens réceptifs aux messages, il n’entend toutefois pas limiter son message à ce secteur. Mais plutôt d’étendre son travail de «pédagogue dans les autres quartiers que compte les pks».

Laissez votre commentaire