vendredi,30 octobre 2020
Accueil Derniers articles Mouila: un gendarme retraité et ses complices aux arrêts pour trafic d’ivoire

Mouila: un gendarme retraité et ses complices aux arrêts pour trafic d’ivoire

Malgré la multiplication des arrestations liées au trafic d’espèces fauniques, plusieurs compatriotes continuent de pratiquer cette activité illégale. Le dernier fait en date est l’interpellation le 15 octobre dernier à Mouila dans la province de la Ngounié d’Arnaud Ulrich Mounanga et ses complices Kevin Jhon Rashidi Nzigou Ndinga, un élève, et Jean Luc Nzissila, un gendarme retraité pour vente illicite d’ivoire. 

C’est grâce à une équipe mixte composée d’agents de Police judiciaire (PJ) et de la direction provinciale des Eaux et Forêts, appuyée par l’ONG Conservation Justice que les trois délinquants fauniques ont été mis aux arrêts. Il est reproché à sieurs  Arnaud Ulrich Mounanga, Kevin Jhon Rashidi Nzigou Ndinga et Jean Luc Nzissila de vente illicite d’ivoire. 

L’interpellation des présumés délinquants a été rendue possible grâce à la dénonciation d’une source anonyme qui a informé les autorités d’une vente d’ivoire qui devait se dérouler dans la ville. Après s’être déployée sur le lieu indiqué, l’equipe mixte a constaté des mouvements suspects dans les alentours, notamment l’apparition d’un véhicule avec un homme à bord, muni d’un sac, qui en est descendu et s’est dirigé au lieu indiqué pour la transaction. Aussitôt, les agents ont lancé l’assaut et interpellé Arnaud Ulrich Mounanga, en possession de quatre pointes d’ivoire qui ont été saisies.

Au cours de l’interrogatoire, sieur Mounanga a avoué être un simple démarcheur, sans manquer de livrer ses complices, les dénommés Kevin Jhon Rashidi Nzigou Ndinga, élève résidant dans la ville, et Jean Luc Nzissila, gendarme retraité. Ils ont été présentés comme étant les véritables propriétaires d’une paire d’ivoire chacun. A la suite de ces aveux, les agents ont procédé à l’interpellation de ces derniers. Une fouille chez le gendarme retraité a permis de saisir un fusil de calibre 12 qui aurait permis l’abattage d’un éléphant.

Les trois individus seront présentés devant le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Libreville pour répondre des faits de braconnage d’éléphant, détention et tentative de vente de l’ivoire. Ils risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion