vendredi,22 octobre 2021
AccueilA La UneMouguiama-Daouda: «le réajustement des flux et emplois du temps ne sont que...

Mouguiama-Daouda: «le réajustement des flux et emplois du temps ne sont que transitoires»

Ecouter cet article

C’est à la faveur d’une interview accordée à notre confrère Échos Du Nord que le ministre de l’Education nationale le Pr. Patrick Mouguiama-Daouda a tenu à faire la lumière sur les mesures prises en début d’année notamment le réajustement des flux d’élèves et d’emplois du temps. À ce propos, le membre du gouvernement a révélé qu’il ne s’agit que « d’une phase transitoire appelée à se normaliser progressivement dès que les indicateurs de santé de notre pays le permettront ». 

C’est un changement dans le fonctionnement des établissements scolaires qui n’a pas manqué de causer l’ire des parents d’élèves et des partenaires sociaux. En effet, réduire les flux d’élèves et aménager les emplois du temps, sont perçus comme des mesures qui pourraient justifier la baisse du niveau de nos apprenants. Pour s’en défendre, le Pr. Patrick Mouguiama-Daouda a accordé un entretien fleuve sur ce sujet qui continue de faire jaser.

Tout d’abord, le ministre de l’Education nationale a révélé que ces mesures adoptées et mises en place visent essentiellement à cloisonner le virus. Et ce, en limitant considérablement les risques de contamination entre les enseignants , les élèves et les personnes qu’ils rencontrent sur leur chemin. « Il s’agit ici de limiter le nombre d’élèves dans les établissements scolaires et de combiner les activités en présentiel et en distanciel » a indiqué le Pr. Patrick Mouguiama-Daouda. 
Par ailleurs, le membre du gouvernement a d’ores et déjà annoncé que tout reviendra à la normale une fois que la situation épidémiologique se sera stabilisée. « C’est une phase transitoire appelée à se normaliser progressivement dès que les indicateurs de santé de notre pays le permettront », a rassuré Patrick Mouguiama-Daouda. Gageons que cette sortie saura ramener la quiétude chez tous ceux qui demeurent sceptiques à l’opportunité d’une telle réorganisation pédagogique alors que les élèves sortent d’une année compliquée qui s’est résumée à un 4 mois de cours.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop