Mitzic: Andrew Crépin Gwodog victime d’agression par des militants de l’UN

Andrew Gwodog © D.R

Le second tour des élections législatives n’aura pas été aussi calme qu’on pourrait le croire. C’est le cas dans le département de l’Okano à Mitzic où le nouveau conseiller départemental, Andrew Crépin Gwodog aurait été victime d’une agression orchestrée par des militants locaux de l’Union nationale alors que ce dernier venait de remplir son devoir civique. 

Selon le coordonnateur de la campagne du Parti démocratique gabonais (PDG), c’est après avoir accompli son devoir civique le 27 octobre 2018 qu’il aurait été victime d’une agression verbale et physique de la part de militants du parti adverse. Une situation qu’il n’a d’ailleurs pas manqué de condamner et qui selon lui est contraire aux bonnes moeurs et aux principes démocratiques.

Il relate d’ailleurs que cette agression aurait été perpétrée alors qu’il attendait les résultats du 2ème tour des élections législatives et qu’il discutait avec le préfet d’Ayane Michel Moukeke et cela en presence de plusieurs témoins. « Un militant de l’UN nous a reconnus et a commencé à nous agresser verbalement, puis une vingtaine de militants sont arrivés, plus violents, et s’en sont pris à ma personne et au préfet de l’Okano », a confié Andrew Crépin Gwodog, qui par la suite a indiqué que ses affirmations peuvent être confirmées par plusieurs témoins et corroborées par de nombreux indices matériels  transmis à la police.

Il poursuit en indiquant qu’il aurait trouvé son salut en se réfugiant dans son véhicule. « Ils ont menacé de me tuer, me brûler vif et incendier tous mes biens dans l’Okano et s’en prendre aux miens. J’ai immédiatement informé le commandant de brigade de Mitzic et le gouverneur de la province. Quatre militaires ont été dépêchés à ma résidence pour des raisons de sécurité et y ont dormi »a-t-il révélé.

Un incident pour le moins gravissime qui n’aurait pas reçu la compassion ni la condamnation du secrétaire général de l’Union nationale, Minault Zima que le cadre du PDG dit avoir contacté personnellement.  « Le secrétaire exécutif de l’UN, Dr Zima, n’a pas condamné ces actes. Au contraire, il a approuvé cela estimant que ses militants étaient sous pression et avaient raison », a-t-il souligné. Raison pour laquelle, le conseiller départemental a trouvé utile de déposer une plainte à la gendarmerie de Mitzic centre contre celui qu’il suspecte d’être l’instigateur de cette agression Mathurin Mba Abagha.

Joint au téléphone par Gabon Media Time dans le soucis de recueillir sa version des faits, le secrétaire exécutif de l’Union nationale a balayé d’un revers de la main ces accusations. « Nous apportons un démenti formel à ces affabulations  qui travestissent la réalité, et pensons que sieur Gwodog fait dans la mauvaise foi et tente de salir notre parti et ses militants, pour obtenir l’annulation d’une élection qui aura été sans anicroches et dont le résultat est sincère »a-t-il martelé

Laissez votre commentaire