Mise en place prochaine d’un Conseil national du dialogue social

C’est l’annonce faite par le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet lors la célébration de la 38ème édition de la fête du Travail au Gabon. C’est dans l’optique  de répondre favorablement aux revendications des partenaires sociaux, que le gouvernement a décidé de la mise en place d’un cadre propice à la discussion afin d’apaiser le climat social tendu de ces derniers mois.

Cet organe dénommé Conseil national du dialogue social (CNDS), aura pour objectif de servir de lieu de rencontre pour discuter des maux qui mine les différents secteurs d’activité s professionnelles. «Il paraît évident que l’amélioration du climat social devrait prendre un essor certain avec la mise en place du Conseil national du dialogue social et l’organisation des élections professionnelles», a souligné Emmanuel Issoze Ngondet.

Il a pour ce faire appelé à la mise en place des comités permanents de concertations économiques et sociales, qui constitueront les organes nécessaires au dialogue social.

S’appesantissant sur thème de la fête du Travail de cette année axé sur «la promotion des organes d’expression du dialogue social dans les entreprises», le chef du gouvernement a  indiqué que ce dernier «invite à un véritable changement de paradigme sur la place qui est faite aux travailleuses et travailleurs au niveau de l’entreprise que sur la nouvelle responsabilité qui doit être la sienne».

Ajoutant par la suite que «la promotion des organes d’expression du dialogue social débouchera-t-elle inéluctablement sur une plus grande implication des travailleurs et travailleuses dans la prise de décision au sein de l’entreprise. Toute chose qui participera au renforcement de la concertation en amont au détriment du si dommageable affrontement en aval. Car, la grève légitime qu’elle puisse être, coûté cher à l’entreprise, aux travailleurs et à l’Etat», a-t-il affirmé.

Par ailleurs le ministre en charge du Travail, Eloi Nzondo, parlant du mémorandum remis au gouvernement, a souligné que «nous sommes entrain de travailler sur cela. Le premier ministre nous avait déjà instruits pour pouvoir discuter avec les centrales syndicales et les syndicats autonomes. Nous sommes entrain de travailler. Le premier ministre a répondu avec le fait que nous allons organiser très rapidement au sein d’une commission tripartite, les pourparlers pour mettre en place, tout ce dont les syndicats réclament aujourd’hui».

Laissez votre avis