Mise en garde aux avocats de Ndoundangoye : le ministère de la justice révèle son abus d’autorité

Gabon Gabonmediatime Erlyne Antonella Ndembet Ministre De La Justice Gabon
La ministre de la Justice Erlyne Antonella Ndembet Damas lors d'un Conseil des ministres à Libreville © D.R.

La sortie pour le moins tonitruante du procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville André Patrick Roponat sur les présumés actes de torture dont aurait été victime l’ancien administrateur directeur général de Gabon Oil company Christian Patrichi Tanasa Mbadinga et le député du 2ème arrondissement de Franceville Justin Ndoudangoye, n’aura pas manqué de susciter des réactions de la part des avocats du dernier cité. Ainsi, c’est par le biais d’un communiqué que Me Calvin Job Avocat au Barreau de Paris, a tenu à s’exprimer sur ce qui apparaît comme « une menace envers un Avocat dans l’exercice de la défense ». 


Si dans ce communiqué, l’avocat de l’ancien ministre des Transports a réitéré les dénonciations sur les actes de torture dont a été victime son client, Me Calvin Job a révélé que lors de son audition par le juge d’Instruction spécialisé du Cabinet 2 en présence du Président de la chambre d’accusation spécialisée, Justin Ndoudangoye a confirmé les actes de torture dont il a été victime.  

Par la suite, il s’est interrogé sur la démarche adoptée par le procureur de la République qui tout en niant ces violations des droits de l’Homme, s’est fait le porte-parole du ministre de la Justice Erlyne Antonella Ndembet Damas en mettant en garde « les avocats des personnes incarcérées, quant aux dérives actuellement observées et à la diffusion d’informations mensongères, dans le but est de créer l’émoi au sein de la population et de ternir l’image de la Justice et des services pénitentiaires ». 

Me Calvin Job, s’est d’ailleurs dit étonné de ce qui apparaît comme une menace à peine voilée, alors que sa démarche visait à instruire les autorités que des faits potentiellement de nature criminelle ont été commis dans le cadre de la détention de son client, et de bien d’autres détenus. « C’est la raison d’être de mon travail, je consacre ma vie à défendre la dignité et la liberté des autres, ces notions sont le moteur de mon action », a-t-il indiqué

Dans la même lancée, il a exprimé « sa désolation et son inquiétude que les propos du Ministre de la justice formulés par le Procureur visant à mettre en garde…les Avocats, constituent une menace, une algarade envers un Avocat dans l’exercice de la défense ». Pour l’avocat au Barreau de Paris, cette posture n’aurait d’autre dessein que de lier sa liberté de parole. « Ces propos sont une manière de prendre parti contre la défense, le but étant de la réduire au silence. Ces propos marquent un intérêt partisan, un déni d’une réalité que le monde entier constate et connaît », a dénoncé Me Calvin Job .

Laissez votre commentaire