vendredi,3 décembre 2021
AccueilDerniers articlesMise au point du Pr. Jean Claude James, Doyen de la FDSE...

Mise au point du Pr. Jean Claude James, Doyen de la FDSE de l’Université Omar Bongo

Ecouter cet article

« L’article intitulé « Les étudiants de Master 2 droit privé 2015, toujours en instance de soutenance », publié dans votre journal en ligne « GabonMédiatime, du 29 mai 2020 » contient des allégations spécieuses et superficielles dans le but délibéré d’abuser l’opinion publique sur la situation réelle des étudiants de Master en instance de soutenance de leur mémoire au Département de Droit privé. C’est pour rétablir la vérité et éclairer vos lecteurs que je me sens obligé d’user de mon droit de réponse. 

Caractère inéquitable de l’article

L’article incriminé est résolument à charge, rédigé sans discernement sous la foi de témoignages anonymes, d’informations unilatérales non recoupées, et surtout sans avoir recueilli la version des faits ou la position des autorités académiques. Ces responsables ont été jetés en pâture, livrés à « la vindicte populaire », alors que ces derniers s’efforcent d’accompagner les étudiants de Master, dans des conditions difficiles volontairement occultées par l’auteur de l’article. 

Caractère orienté de l’article 

Pourquoi, dans ce climat sensible lié à la pandémie du coronavirus alors que l’UOB est officiellement fermée, cibler ou indexer deux Masters de la FDSE, s’acharner contre deux enseignants de la FDSE pour évoquer avec légèreté et hors contexte la problématique des délais de soutenance des mémoires des étudiants de Master ? Pourtant, le phénomène maladroitement décrié, n’est spécifique ni au Département de Droit privé ni à la FDSE encore moins à l’UOB.  

L’article se garde bien de rechercher un quelconque lien entre ce prétendu dysfonctionnement à la FDSE et les problèmes structurels chroniques qui affectent le déroulement normal des activités pédagogiques à l’UOB : mouvements sociaux récurrents, massification des effectifs étudiants, encadrement pédagogique insuffisant, absence de financement direct des masters, insécurité permanente, exiguïté et dégradation des espaces pédagogiques…

Caractère mensonger de l’article

L’article aurait gagné en crédibilité si son auteur s’était astreint à faire des vérifications élémentaires pour édifier les lecteurs en toute objectivité. 

D’abord, la recherche de l’objectivité commandait au minimum de vérifier le délai académique normal accordé aux étudiants pour rédiger et soutenir leur mémoire : 4 semestres soit en principe 2 ans. Il existe par ailleurs, des dérogations exceptionnelles ou spéciales décidées par le conseil pédagogique du Master pour tenir compte des perturbations du calendrier universitaire ou de la situation particulière de certains étudiants. Ensuite, il était nécessaire de s’informer sur le délai moyen, effectif, réel de soutenance des mémoires de Master dans les établissements d’enseignement supérieur au Gabon voire à l’étranger. 

Or, la majorité des étudiants de Master, dont le sujet de mémoire a été validé, peine à rédiger et à déposer leur mémoire dans le délai académique normal ou exceptionnel.  C’est la raison pour laquelle l’administration décanale a été amenée, à deux reprises, à imposer une date butoir et à menacer les étudiants retardataires de ne plus être autorisés à s’inscrire.

A ce jour, tous les étudiants des masters, Droit privé fondamental et Juriste Conseil des Entreprises et des Organisations, des promotions antérieures à l’année académique 2016-2017, ont été incités, sous la pression, à soutenir leur mémoire au terme de la seconde date butoir. A cet effet, je signale que de septembre 2019 à février 2020, plus d’une cinquantaine d’étudiants du Département de Droit privé ont soutenu leur mémoire de Master, permettant ainsi de régulariser leur situation académique.  Les mémoires des étudiants des promotions 2016-2017 et 2017-2018, non concernés par la date butoir, sont en cours d’achèvement ou d’évaluation. Les soutenances devraient en principe intervenir au cours des deux sessions académiques : Juin/ Juillet et Octobre-Décembre 2020. 

Enfin, le Master Droit Judiciaire et Pratique des Contentieux est dirigé depuis 2019 par le Pr JAMES à la suite du Pr MBA OWONO. A ma prise de fonction deux promotions (2016-2017 et 2017-2018) étaient « en rade » Nous nous sommes employés à achever les cours, organiser les examens résiduels et à évaluer les rapports de stage. A la suite de la signature des procès –verbaux de délibérations par les membres du jury, tous les étudiants déclarés admis (104 au total) sont actuellement en possession de leur attestation de réussite.

Voilà la vérité qu’il suffisait de solliciter des autorités de la FDSE au lieu de faire dans la distraction, la tromperie et le lynchage médiatique.

En conclusion, il convient de retenir que l’administration décanale de la FDSE déploie d’énormes efforts pour assurer le maintien en activité des Masters, alors que l’absence de financement dédié aurait dû conduire à leur fermeture. Ainsi, depuis 2015, il est quasiment impossible de solliciter les collègues, missionnaires des universités étrangères, qui auparavant palliaient à l’insuffisance des enseignants de rang magistral aux Départements de Droit privé et Droit public. Il est, par ailleurs, difficile de fidéliser les enseignants vacataires, qui interviennent majoritairement en Master professionnel, en raison de l’instabilité des années universitaires et surtout des retards dans le paiement de leurs vacations. 

Toutefois, on note avec satisfaction que le Master Juriste Conseil des Entreprises et des Organisations, dirigé par le Pr Etienne NSIE, est plutôt bien coté avec un taux honorable de placement des étudiants dans les cabinets juridiques et les entreprises où leur compétence est particulièrement appréciée. 

Pr Jean Claude JAMES 

Agrégé de Droit privé et de Sciences criminelles

Doyen de la FDSE de l’UOB.»

Laissez votre commentaire

Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop