Minvoul: un violeur en série sur personnes du 3ème âge écope de 25 ans de prison

La Cour d’Appel d’Oyem dans la province du Woleu-Ntem a rendu ce vendredi 11 janvier dernier une décision qui soulagera plusieurs familles. En effet, le multirécidiviste, Michel Eyeghe Evouna a écopé de 25 ans de prison pour l’assassinat de Martime Eyang Ndong, une de ses innombrables victimes de viol.


L’affaire dépasse l’entendement humain puisqu’il s’agit du meurtre d’une sexagénaire après viol par un adepte de cette pratique. La scène s’est déroulée le 14 juin 2018 au village Mekome, à 80 km de minvoul (chef lieu du haut-ntem) alors que le corps sans  vie de la victime âgée de 67 ans est retrouvé. Ayant appris du médecin légiste qu’il s’agit d’un meurtre par strangulation et viol, Sylvestre Abessolo son frère cadet va entreprendre des démarches judiciaires.

Ainsi, une plainte contre X est portée auprès de la police judiciaire qui aboutira à la piste de Michel Eyeghe Evouna âgé de 31 ans, reconnu dans la contrée comme un récidiviste dans le cas de viols sur des femmes vulnérables. « le mis en cause qui a une attirance sexuelle diabolique pour les femmes de 50 ans a déjà été incarcéré pour les cas de viols similaires en 2012, 2013, et 2015, et a purgé des peines insignifiantes de six mois à un an de prison », a rapporté aux enquêteurs un des chefs de regroupement de la contrée vers qui les plaintes furent portées.

Interpellé par les agents de la police judiciaire, Michel Eyeghe Evouna reconnaîtra fièrement le forfait. En rentrant d’une veillée mortuaire il a aperçu la porte de Martine Eyang Ndong entrouverte avec elle endormie et il décide de la rejoindre. La sexagénaire le repousse avant d’appeler au secours mais l’agresseur l’en empêche violemment. « J’ai réussi à lui fermer la bouche avec les mains. Comme elle se débattait, je lui ai donné des coups de poing à la tête et à la poitrine pour qu’elle reste tranquille », déclare l’accusé devant la cour.

La représentante du ministère public, l’avocat général Thallie Aubone Nguéma a fermement condamné cet acte immonde et souhaité des sanctions exemplaires contre l’accusé. « pour rendre justice aux victimes et libérer la contrée d’un assassin sans coeur » .Quant à Me Hugues Boguikouma, si son client a mal agi, il n’en demeure pas moins que ce dernier serait souvent victime de « troubles psychiques » à chacun de ses forfaits. Après délibération, la Cour a infligé à Eyeghe Evouna une peine de 25 ans de prison, lui qui a déjà purgé 7 mois à la prison centrale d’Oyem.

Laissez votre commentaire