Minvoul: Il fusille sa mère et sa femme puis se poignarde

Biké Seraphin fait un carnage dans un moment de folie © GMT

Le phénomène d’homicide au sein des familles a pris des proportions inquiétante ces dernières années, il ne se passe pas un jour sans que la presse se fait l’écho des crimes commis ici et là à travers le pays. C’est le cas, ce lundi 14 mai 2018 dans la petite ville de Minvoul, dans la province du Woleu-Ntem où le dénommé Bike Séraphin, surveillant au Collège St Jean, a commis l’irréparable en fusillant sa mère et sa femme, pour ensuite se poignarder lui-même.

C’est l’incompréhension et la stupeur qui a animé les populations de la commune de Minvoul, chef lieu du département du Ntem, suite «au déchaînement de ce jeune compatriote, surveillant au Collège St Jean, qui dans une crise de folie» semble t-il, selon des sources concordantes «s’est saisi d’une arme et a ouvert le feu sur sa femme et sa mère, avant de se poignarder lui-même».

D’après les témoignages recueillis auprès de son voisinage, le présumé criminel, «était depuis deux jours aux prises avec des démons intérieurs qui l’amenait à faire et à dire des choses insensés et incompréhensibles». Mise au courant de la situation, sa mère s’était rendue sur les lieux pour s’enquérir de la situation.

Mal lui en a pris. Ne supportant pas cette intrusion dans sa vie, Bike Séraphin dans «une crise de schizophrénie et de colère, lui a tout simplement tiré dessus. Elle a succombé de ses blessures sur le champ, puis a retourné l’arme sur sa compagne. Dans la même lancé il se serait par la suite poignardé à plusieurs reprises», ont rapporté plusieurs témoins.

Au moment où nous mettions en ligne, certaines informations faisaient état du décès de la jeune femme des suites de ses blessures, alors que cette dernière était en train d’être conduite au centre hospitalier d’Oyem, le chef lieu de la province septentrionale.