jeudi,9 décembre 2021
AccueilA La UneMeurtre présumé de Chimène Mangongo : la famille porte plainte contre X,...

Meurtre présumé de Chimène Mangongo : la famille porte plainte contre X, la réaction de la police attendue

Ecouter cet article

Dans le sillage des violences populaires ayant embrasé le pays et causé la mort tragique de deux compatriotes, un autre fait, non moins important, a concomitamment été dénoncé  par l’opinion. Le meurtre présumé au PK7 de dame Chimène FLore Bitoghie Mangongo commerçante qui aurait été froidement abattue par les forces de Police notamment le vendredi  24 janvier 2020. 

Avec cette affaire, la problématique des bavures policières au Gabon va à nouveau susciter et alimenter le débat national. Les actions violentes conduites par les forces de l’ordre dans l’exercice de leurs fonctions, envers d’autres personnes hors du cadre défini par la loi sont monnaie courante dans notre pays. Dans les cas les plus graves, elles conduisent à la mort de la personne. Il semblerait que dans l’affaire Chimène Flore Bitoghie Mangongo, nous soyons, malheureusement dans le même cas de figure. 

Une plainte de la famille parvenue à la rédaction de Gabon Média Time initiée par la famille de la regrettée et adressée à l’inspection générale des forces de police nationale emmène systématiquement cette affaire sur le terrain des faits quand elle n’était jusque là réduite injustement qu’au simple statut de rumeur. La présente plainte rédigée par le père de la victime est assez explicite. On peut y lire les mots du père, «  j’ai l’honneur de venir auprès de votre haute bienveillance porter plainte contre X pour le meurtre sur la personne de ma fille, la dénommée Bitoghie Mangongo Chimène Flore…», écrit-il. 

Plus loin le père meurtri, motive sa plainte en expliquant avec clarté les circonstances de la mort de sa fille « en effet, le vendredi 24 janvier 2020 aux environs de 23 heures, ma fille qui exerce un petit commerce au petit marché du PK7 a été abattue par des agents qui seraient de la police en patrouille dan ladite zone…» explique t-il. Une plainte qui sera accompagnée d’un certificat de décès actant la mort de la victime mais dans lequel étrangement, le médecin demande à faire des prélèvements pour un décès par balle dont il semblerait qu’on puisse relever par la simple présence des impacts de balles sur le corps. 

Tout au long de ces derniers évènements, le reproche né de ce que les Gabonais portent rarement plainte a été fait aux populations. Omettant de mentionner que ce rapport avec la justice de notre pays a été rompu en raison de l’incapacité, et parfois, des choix injustes et délibérés, des forces de l’ordre et/ou du parquet de faire la lumière sur ces homicides. L’affaire « Mboulou Beka » symbolise assez bien cette désinvolture et cette indifférence à rendre justice au plus modeste des Gabonais. Maintenant qu’une plainte a été déposée, l’opinion attend de la police que toute la lumière soit faite sur cette affaire de meurtre présumé qui porte en elle tous les germes de la bavure policière.  

Laissez votre commentaire

Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop