lundi,20 septembre 2021
AccueilA La UneMesures d’austérités: les médecins fonctionnaires déjà sur le pied de guerre

Mesures d’austérités: les médecins fonctionnaires déjà sur le pied de guerre

Ecouter cet article


Les mesures  gouvernementales prises lors des derniers Conseils des ministres n’ont pas fini de susciter des réactions au sein de l’opinion. Du côté du Syndicat des médecins fonctionnaires gabonais (Symefoga), l’heure est déjà à l’appel à la mobilisation avec le dépôt d’un préavis de grève sur la table de son ministère de tutelle, estimant que la situation que traverse le pays ne devrait pas être imputée aux fonctionnaires.

Dans une correspondance datée du vendredi 6 juillet 2018, le Symefoga par la voix de son président, le Dr Adrien Mougougou a annoncé le dépôt d’un préavis de grève suite à l’assemblée générale du jeudi 5 juillet dernier. Cette décision selon l’organisation syndicale est motivée par les mesures gouvernementales d’austérité annoncées les 21 et 25 juin dernier.

Pour le syndicat, la situation de crise conjoncturelle que traverse le Gabon n’est nullement de leur responsabilité, mais plutôt de celle du gouvernement.  Ainsi, il pointe du doigt non seulement les détournements massifs des deniers publics, la création tout azimut des agences aux budgets sans limite et sans contrôle, l’organisation de manifestations onéreuses et non rentables ou encore le maintien et la création d’institutions non indispensables tels que le Conseil national de la démocratie, le Sénat ou même la Vice-présidence.

Une situation qui selon l’organisation syndicale engage entièrement la responsabilité du gouvernement. Tout en saluant déjà les «bribes de solutions proposées», le Symefoga a fustigé le manque de volonté affiché par l’Etat à régler la situation de façon définitive.

D’ailleurs, les membres dudit syndicat, n’ont pas manqué de proposer quelques éléments qui peuvent être explorés pour sirtir de la crise, notamment la réduction immédiate de la taille du gouvernement, la poursuite de la réduction des agents nommés à la Présidence de la République et à la Primature, la suppression de toutes les agences, ou encore l’accélération des poursuites judiciaires contre tous les détourneurs des deniers publics.

Par ailleurs, le Symefoga a une fois de plus attiré l’attention des pouvoirs publics sur la question de la dette de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale vis à vis des hôpitaux.

Face à ces éléments qui selon eux mettent à mal leurs conditions de travail, les médecins fonctionnaires ont décidé dès ce mardi 10 juillet de l’arrêt de l’utilisation des feuilles de soin et bon d’examen Cnamgs, l’entrée en grève en cas de baisse de salaire, et l’arrêt de travail de 15 jours en cas de mise sous bons de caisse. 

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Enami Shop