Mesures d’austérité: Ndong Meyo édifie les populations de Lalala à Droite

Raymond Placide Ndong Meyo face aux populations de Lalala à Droite © GMT

Raymond Placide Ndong Meyo, a, le jeudi 23 août 2018, édifié les populations de Lalala à droite, au lieu dit, Ekwansa Ebiwass, sur les mesures d’austérité. La question a donc été battue en brèche au cours de cette énième sortie du ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé du Suivi des actes du dialogue, dans le 5e arrondissement. Qui par cette occasion, a rappelé aux riverains de ce quartier l’importance des décisions prises au cours du Conseil des ministres du 21 juin dernier.

Plus d’un mois, après leurs voisins de Lalala à gauche, les habitants de Lalala à droite ont reçu à leur tour Raymond Placide Ndong Meyo. Dans cette circonscription électorale dont il est aspirant au 2e siège, l’ancien ministre délégué aux Affaires étrangères, a demandé à ses concitoyens de faire corps avec  les orientations gouvernementales prises en juin dernier.

L’ancien maire dudit arrondissement s’est penché, en tant que membre du gouvernement sur les dernières mesures gouvernementales. Lesquelles dans l’opinion suscitent à la fois indignation et incompréhension. «Gouverner, c’est prévoir, c’est vrai et ces mesures sont effectivement pour éviter que le Gabon souffre dans un avenir proche. Il fallait donc resserrer les choses, faire en sorte que les finances publiques se portent bien», a-t-il poursuivi tout en précisant qu’il s’agit d’un tournant historique pour le pays.

Quartier dont il est originaire, Raymond Placide Ndong Meyo a ensuite, de manière cru et acerbe, évoqué la situation économique et sociale de ladite la localité, dont il a déploré le manque de solidarité, de cohésion et de vision.

«Vous entendez par ci, par là, on parle de d’autres quartiers, mais jamais de Lalala! Parce que tout simplement, nous ne sommes pas conscients de nos capacités nous ne nous aimons pas. Les peuples forts,  ceux qui ont marqué l’histoire sont ceux qui ont accepté de s’unir. Malheureusement, à Lalala nous sommes encore à un stade animal, sauvage et de jalousie», a-t-il déclaré.

Un discours empreint de pragmatisme qui en période pré-électorale, vise à rappeler aux Gabonais la nécessité du vote utile. A la distinction entre ceux qui veulent le bien de la République et ceux qui souhaitent la régression de cette dernière. Il s’agit là, pour le candidat déclaré à cette circonscription électorale pour le compte des prochaines consultations électorales prévues pour cette année, d’exhorter les populations de cette localité à songer à leur développement dont il se veut le porte-étendard.

Laissez votre commentaire