lundi,18 octobre 2021
AccueilDerniers articlesMekambo: une femme de 81 ans paralysée après une chute en fuyant...

Mekambo: une femme de 81 ans paralysée après une chute en fuyant des éléphants

Ecouter cet article

Une octogénaire répondant au nom de Jeannette Yabangoye se retrouve paralysée de la jambe droite depuis le mois de juin dernier. Exposant son périple à notre confrère L’Union, cette dernière a révélé qu’elle aurait effectué une chute violente en échappant à une attaque d’un couple d’éléphants en visite dans sa plantation au quartier Mayeka-Djibo à Mekambo, chef-lieu du département de la Zadié. 

Le conflit Homme-faune continue de causer des victimes sans que les autorités compétentes ne semblent trouver les solutions idoines. Après des heurts à Mekambo pour des visites inopinées qui ont conduit à l’interpellation de plusieurs centaines d’individus ayant outragé l’autorité du maire dans un accès de colère, les populations viennent de connaître un cas qui pourrait être irrémédiable. 

En effet, âgée de 81 ans, Jeannette Yabangoye se serait rendue à une de ses plantations sise derrière son domicile. Armée d’une simple houe et de son panier, l’octogénaire tombe nez à nez avec un couple d’éléphants. Elle décide de rebrousser chemin. Seulement tard dans la nuit, les pachydermes seraient revenus détruire ses palmiers. « Je n’avais pas dormi de la nuit, car le bruit des éléphants qui dévastaient les palmiers derrière la maison », a-t-elle indiqué.

Dans la foulée, Jeannette Yabangoye et sa sœur cadette ont décidé de prendre la fuite afin d’éviter le pire. « Suite à cela j’ai pris peur. […] En chemin, j’ai fait une chute après avoir buté sur un obstacle par mon pied droit. Depuis lors, je ne me sens plus bien. J’ai un mal qui me ronge au niveau du bassin côté droit. Et je n’arrive plus à marcher. Je suis actuellement clouée au lit », a-t-elle déclaré au bord des larmes. Les services de santé révéleront qu’elle souffre d’un déboitement à la racine de la cuisse droite.

Une situation des plus déplorables qui dépeint le dur quotidien de certaines populations condamnées à cohabiter avec les éléphants. Ces animaux qui, non seulement sèment la terreur et détruisent les vivres des habitants. Et ce, quand on sait que ces femmes du troisième âge n’ont que ces activités champêtres pour subsister en ce temps de crise sanitaire liée au Covid-19 où elles ne peuvent plus commercer librement. 

À ce propos, le ministre des Eaux et Forêts, le Pr. Lee White, fin défenseur des éléphants, gagnerait à trouver le juste milieu pour protéger les populations des attaques répétées des pachydermes. Il pourrait tout aussi veiller à mettre en place, une cellule d’urgence sanitaire dédiée à la prise en charge de ces victimes collatérales des conflits Homme-faune. Lesquelles se retrouvent abandonnées, à elles-mêmes à l’instar de Jeannette Yabangoye, qui tirent le diable par la queue pour supporter seules les charges inhérentes à ses soins.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop