mercredi,22 septembre 2021
AccueilDerniers articlesMekambo: le Préfet mis à la porte comme un malpropre par les...

Mekambo: le Préfet mis à la porte comme un malpropre par les populations en colère

Ecouter cet article

Frédéric Moughandza, préfet du département de la Zadié dans la province de l’Ogooué-Ivindo a été violemment propulsé vers la sortie ce mardi 25 mai 2021 par des populations en rogne. Une levée de boucliers qui serait consécutive aux innombrables plaintes relatives au conflit Homme-faune sur la table de l’autorité administrative qui n’auraient jamais connu de suite, alors même qu’on commence à recenser des pertes en vies humaines.

« Salon, tables, armoires et même ustensiles de cuisine. Toutes les choses du préfet ont été saisies puis jetées à la rue », c’est le triste et regrettable constat fait par une source de Gabon Media Time (GMT) à Mekambo dans le département de la Zadié. S’en est suivi un mouvement d’humeur où les populations ont tenu à attirer l’attention des plus hautes autorités du pays sur les proportions inquiétantes prises par le conflit Homme-faune sans qu’une issue ne soit trouvée. Pour ces derniers le préfet Frédéric Moughandza « ne sert à rien ».

Il est notamment reproché à l’autorité administrative de faire montre d’inconsidération vis-à-vis des problèmes auxquels font face les populations. Au nombre desquels, la cohabitation entre les éléphants et les hommes. Une réelle préoccupation à l’origine de moultes péripéties dans la cité ogivine. Il s’agit entre autres des destructions des plantations, agression dans les espaces réservés aux enfants et même pertes en vies humaines. Excédés, les habitants de la région ne savent plus à quel saint se vouer.

À l’heure où nous couchons ces lignes, une marche en guise de protestation est observée dans les artères de Mekambo. Le but étant d’attirer davantage l’attention des autorités de la province en tête desquelles le gouverneur Christiane Leckat sur la situation devenue une question de sécurité humaine mais aussi alimentaire. Vivement qu’une issue soit promptement trouvée et que Frédéric Moughandza et sa famille rejoignent leur demeure en toute quiétude. 

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop