Mekambo: lancement du «FNAS-UNICEF en action» au profit des personnes économiquement faibles

Le directeur Général Adjoint du FNAS, Constant Assari © D.R

Dans le cadre de la coopération bilatérale entre le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et le Gabon et plus particulièrement pour l’inclusion des personnes exclues du système national de protection sociale, le Fonds national d’action sociale (FNAS) en collaboration avec cette agence onusienne a procédé le jeudi 2 août dernier à Mekambo dans la province de l’Ogooué-Ivindo au lancement du programme dénommé FNAS-UNICEF en Action.



C’est en présence du gouverneur de la province  de l’Ogooué-Ivindo, du Représentant de l’UNICEF, Stephan Grieb, du Maire de la commune de Mekambo, du Président du Conseil départemental et du Préfet de la Zadié, et du  directeur Général Adjoint du FNAS, Constant Assari que s’est déroulée la cérémonie de lancement de ce programme.  

Celui-ci rentre dans le cadre de la coopération avec le gouvernement notamment avec le programme «Inclusion sociale» qui entend renforcer les droits des enfants et plus particulièrement  ceux issus des foyers économiquement faibles, des populations autochtones, des personnes vivant avec un handicap et des migrants en milieu rural ou dans les zones urbaines pauvres.

Il faut noter que ce lancement a été précédé par une première phase qui a permis à la délégation du FNAS, organisme en charge de mettre en oeuvre la politique sociale du gouvernement, de rendre visite aux différentes bénéficiaires pour  vérifier le stock de démarrage et mener des enquêtes sociales axées uniquement sur la situation éducative de leurs enfants et leur quotidien.

Lors de la cérémonie qui s’est déroulée en présence des autorités locales, les bénéficiaires de ce programme, ont reçu leurs certificats de formation et des chèques symboliques du financement accordé pour leurs activités de vente de produits vivriers en général. «L’appui consenti aujourd’hui vise à renforcer le financement des AGR au profit des jeunes filles mères, des personnes vivant avec un handicap et des communautés autochtones pour plus d’équité et de justice sociale», a relevé le Représentant de le l’UNICEF, Stephan Grieb.

L’objectif est donc de maintenir l’accès des enfants aux services sociaux de base notamment, à l’éducation et aux soins de santé primaire et à éviter tout particulièrement que le nombre de jeunes filles mères en situation de déscolarisation n’augmente. En outre, il faut indiquer que le  programme s’étendra prochainement  sur les villes d’Akieni et Minvoul dans les provinces du Haut-Ogooué et du Woleu-Ntem.

Laissez votre commentaire