Médicaments interdits en Europe: le Gabon hors de danger

© D.R

Depuis plusieurs jours, circule sur les réseaux sociaux une liste noire de médicaments qui seraient interdits à la vente dans l’union  européenne (UE). Des informations qui ont suscité une certaine psychose au sein de l’opinion, mais qui selon une enquête réalisée par le quotidien L’Union ne se justifie pas,  le Gabon n’étant pas impacté.  

Dans sa parution du jeudi 29 mars 2018, le quotidien L’Union, affirme après investigations auprès de pharmacies, et dépôts de médicaments, que sur la cinquantaine de produits de la “liste noire”, la quasi totalité n’existe pas sur le marché gabonais. Mieux encore, certains tels que Halfan ou Camoquin, ont même été interdits depuis plusieurs années.

Si 95% des médicaments de cette liste, sont absents du territoire, trois d’entre eux sont présents comme indiquée par une source du journal. Co Arinate, Artequin et Paludrine, sont les trois médicaments cités par cette source, travaillant à la Direction du Médicament et de la Pharmacie (DMP).

Prudence donc, même si pour ce docteur en pharmacie, «aucune mise en garde pour ces médicaments» n’a été reçue. En outre, il invite à ne pas confondre «mise en garde» et  «demande de retrait» d’un médicament.

Ce qui pourrait être perçu comme une guerre entre industriels pharmaceutiques, devrait néanmoins servir de point de départ à l’inspection générale de la santé, en vue d’un contrôle plus accru des médicaments, et pour rassurer les populations.

Laissez votre commentaire