mercredi,22 septembre 2021
AccueilA La UneMe Moubembe: «sur le plan de la morale ou des mœurs Flavienne...

Me Moubembe: «sur le plan de la morale ou des mœurs Flavienne Nfoumou n’a commis aucun trafic d’enfants»

Ecouter cet article

Suite au placement sous mandat de dépôt le vendredi 27 novembre dernier à la maison d’arrêt de Libreville de l’ancienne ministre des Transports Flavienne Nfoumou Ondo, son avocat a tenu à livrer sa part de vérité. Pour Maître Jean Paul Moubembe « sur le plan de la morale ou des mœurs Flavienne Nfoumou n’a commis aucun trafic d’enfants ».Reste à savoir si la version de l’avocat dont la mission principale est de défendre sa cliente colle avec la version des faits. 

Accusée d’être impliquée au premier degré dans une affaire de trafic présumé d’enfants à Bitam, son fief politique, Flavienne Nfoumou Ondo entame ce lundi 30 novembre 2020, son 3ème jour dans les geôles de la prison centrale. Pourtant, si l’opinion publique est quasiment convaincue de la culpabilité avant jugement de cette dernière, son avocat Me Jean Paul Moubembe reste persuadé de son innocence. Ce dernier considère que sa cliente est victime de sa générosité vis-à-vis des siens.

D’ailleurs, l’expérimenté conseil a indiqué que « sur le plan de la morale ou des mœurs, chez nous en Afrique, ma cliente [Flavienne Nfoumou Ondo ] n’a commis aucun trafic d’enfants ». Selon Me Jean Paul Moubembe, sa cliente serait victime d’un imbroglio lié à la méconnaissance des autorités judiciaires des us et coutumes gabonais. « La coutume pratiquée au quotidien, au vu et au su de tout le monde, est aussi une source de droit acquis », a-t-il ajouté en guise de rappel à l’endroit des magistrats du tribunal en charge de l’affaire.

Aussi, l’avocat au barreau du Gabon a, contrairement à l’opinion publique, jugé noble, l’acte posé par Flavienne Nfoumou Ondo. « Ce que ma cliente a posé comme acte d’entraide n’est par conséquent ni un péché mortel, ni un fait défendu par nos us et coutumes »,a déclaré Me Jean Paul Moubembe. Avant de poursuivre en précisant qu’ « un seul enfant pris dans sa famille et confié à une connaissance ne constitue point un trafic d’enfants et surtout, eu égard au taux de stérilité élevé qui sévit chez nos femmes, mères et filles », a-t-il conclu à ce propos. 

Une sortie assez surprenante qui pourrait, si ces allégations sont fondées, permettre de rebattre les cartes dans ce dossier qui semblait d’ores et déjà plié. Pour rappel, Flavienne Nfoumou Ondo est écrouée à sans famille pour présomption de participation à un trafic d’enfants dont l’objet du contrat n’est nul autre que l’enfant d’une de ses nièces. Laquelle n’aurait jamais été informée de la vente de son nouveau-né contre la coquette somme de 10 millions FCFA. Pour arriver à ses fins, la principale mise en cause aurait bénéficié du concours de la mère de la génitrice avec qui elle aurait conclu le deal.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop