mardi,29 septembre 2020
Accueil A La Une Me Lubin Ntoutoume plaide pour des «solutions palliatives pour préserver les libertés...

Me Lubin Ntoutoume plaide pour des «solutions palliatives pour préserver les libertés publiques et la vie des détenus»

Dans un entretien accordé à nos confrères du quotidien national l’Union, le bâtonnier de l’ordre des avocats maître Lubin Ntoutoume revient sur l’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans sa corporation depuis l’annonce par le conseil des ministre du 16 mars de la suspension des audiences dans les tribunaux et cours mais surtout sur la vie des personnes concernées dont les droits ont particulièrement été réduits. Inquiet par la propension que prend la pandémie du coronavirus au Gabon, le bâtonnier a insisté sur la nécessité de préserver les libertés publiques des détenus et surtout leur vie.  

Maître Lubin Ntoutoume bâtonnier de l’ordre des avocats interrogé sur la question des détenus à la prison centrale dans ce contexte de Covid-19 n’a pas manqué de souligner son inquiétude en raison des effectifs pléthoriques, susceptibles de favoriser la prolifération de la pandémie.  « Nous sommes inquiets. La prison de Libreville est hors normes. Construite pour 400 personnes, elle est surpeuplée et confine aujourd’hui plusieurs milliers de détenus. Le gouvernement a décidé de libérer 680 détenus pour tout le Gabon. Il s’agit d’une mesure louable qui nous permet, en tant que défenseurs des droits et libertés, de féliciter madame la Garde des Sceaux, pour l’effort consenti », at-il expliqué. 

Bien que saluant la mesure du chef de l’Etat visant à gracier plusieurs détenus, le numéro un des avocats pense que des efforts supplémentaires peuvent être encore consentis au regard surtout des textes  de lois et des traités auxquels le Gabon est signataire. « Cet effort reste insuffisant, au vu du nombre de détenus, notamment des détenus préventifs, surtout ceux présentant des garanties de représentation. La Constitution de la République gabonaise, les Traités et autres Déclarations ainsi que le Code de procédure pénale reconnaissent comme principe, la liberté des individus ; la mise en détention n’étant que l’exception », at-il insisté. 

Abondant dans le même sens, Maître Lubin Ntoutoume tout en déplorant la situation des détenus privés de certains de leurs droits, comme celui de s’entretenir avec son avocat, a demandé à ce que d’autres solutions soient pensées afin de rétablir ces libertés par essence fondamentales. « Nous devons trouver des palliatifs à la détention systémique pour préserver les libertés publiques, voire des vies. Le confinement porte atteinte au sacro-saint principe de la liberté d’accès de L’avocat à son client, et quelles que soient les circonstances. Les prisonniers sont, par nature, en confinement », a t-il proposé. 

Une proposition qu’il a ailleurs justifiée en précisant qu’« avec l’actuelle pandémie, ils n’ont plus droit aux visites de leurs avocats et de leurs proches. Il est possible de réorganiser les choses afin que le minimum leur soit accordé. Nous allons faire des propositions aux administrations compétentes. Il y va du maintien de l’Etat de droit », at-il déclaré. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt