Mboumba Nziengui souhaite le report des législatives

Mathieu Mboumba Nziengui © D.R

Si l’agitation de certains partis et personnalités politiques autour de la tenue prochaine des élections législatives anime les débats, rien ne présage, tout de même que cette échéance se tiendra en avril prochain comme annoncé par la constitutionnelle. En tenant compte de plusieurs facteurs allant dans ce sens, le Président de l’UPG Mathieu Mboumba Nziengui souhaite le report de l’organisation de cette élection afin de permettre aux instances habilité de mieux préparer son organisation.

A quelques semaines de la tenue des prochaines législatives telle que prévu par la Cour Constitutionnelle, on constate pour le regretter que ni le gouvernement ni le Centre gabonais des élections ne semblent prêts, bien qu’auprès de l’opinion et de certains partis politiques, se dégage une forte ambiance alimentant des débats dans le sens du respect de cette date. Contrairement à ces derniers, l’ancien ministre de l’agriculture souhaite un report de l’organisation des élections législatives afin de permettre aux institutions en charge de réunir des meilleures conditions.

En effet, l’héritier de Pierre Mamboundou évoque la non-révision du fichier électoral depuis la dernière présidentielle ainsi que la mise en place effective du bureau du Centre gabonais des élections, au rang des éléments pourtant essentiels mais n’étant pas encore prêts à deux mois du déroulement de l’échéance électorale. Sachant que la révision du fichier électoral exige un certain temps pour espérer la fiabilité qui fera l’unanimité et que le bureau de la structure (CGE) devant organiser le scrutin n’est toujours pas mis en place, Mathieu Mboumba Nziengui a estimé qu’«il ne faudrait pas précipiter les choses autour de l’organisation des prochaines législatives prévues se tenir en avril conformément au calendrier constitutionnel».

En rappelant que la mise en place du Centre gabonais des élections en lieu et place de la défunte Cenap visait l’organisation des élections fiables au sortir desquelles on ne devra plus connaître de protestation et des troubles, le Coprésident du comité de suivi des actes du dialogue d’Angondjé espère que le gouvernement et les partis de l’opposition pourront tomber d’accord sur la nécessité d’un probable report du calendrier électoral: «il en va de l’intérêt de tous que nous nous accordons un peu plus de temps afin de parvenir à une meilleure organisation», a-t-il indiqué.

Laissez votre commentaire