Mbigou: le préfet de la Boumi-Louetsi en vadrouille depuis plusieurs mois

Le préfet du département de la Boumi-Louetsi Venant Ibangot © D.R

Ce n’est un secret pour personne que l’administration gabonaise est gangrenée par le comportement peu professionnel de certains fonctionnaires. Une situation qui a une réelle incidence sur le bon fonctionnement des entités étatiques mais qui pénalise de manière indéniable les usagers comme c’est le cas actuellement à Mbigou dans la province de la Ngounié où le préfet du département de la Boumi-Louetsi Venant Ibangot serait presque devenu un fantôme pour ses administrés.



Mais où se cache le prefet du departement de la Boumi-Louetsi ? C’est la question qui taraude actuellement les esprits dans cette partie du pays. En effet, depuis plusieurs semaines ce dernier est aux abonnés absents dans cette circonscription administrative dont il a la charge. Une situation qui ne manque pas d’exaspérer les populations qui dénoncent cette attitude pour le moins irresponsable.

Depuis lors, les populations de ce département ne savent plus à quel saint se vouer pour les différentes démarches administratives, le préfet ayant simplement décidé d’aller en vadrouille, abandonnant son poste. Pour certains de ses proches, cette situation serait due aux menaces dont il aurait fait l’objet il y a quelques mois.

Des affirmations que rejettent certains habitants de Mbigou qui trouvent cette raison quelque peu fallacieuse. « En principe, le préfet est le représentant des pouvoirs publics. Donc l’exemple doit venir de lui. Mais malheureusement, il est constamment absent de son poste et cela depuis plusieurs semaines », nous a confié un administré.  

Une absence qui au demeurant a une grande incidence sur le bon fonctionnement de l’administration et qui prive clairement les populations de cette localité de service public. « Nous sommes dans le désarroi total, puisqu’il est désormais impossible d’avoir accès à certains documents administratifs qui ne peuvent être signés que par l’autorité », a-t-il poursuivi. Une situation qui devrait interpeller les plus hautes autorités de la province, qui doivent ramener à l’ordre ce commis de l’Etat.  

Laissez votre commentaire