Mays Mouissi: «le Gabon se dirige vers une stagnation économique qui ne dit pas son nom»

Mays Mouissi, analyste économique © D.R

Le néant qui entoure la situation institutionnelle du pays depuis l’absence prolongée du président de la République Ali Bongo, serait peu à peu en train de miner l’économie gabonaise. Ainsi, invité du Journal Afrique sur Tv5 monde ce mardi 20 novembre, l’analyste économique gabonais Mays Mouissi, a donné quelques indications sur les conséquences de cette situation.

Plusieurs médias dont Gabon Media Time, soulignaient déjà après l’annonce de la tenue du dernier conseil des ministres, que l’état de santé d’Ali Bongo « plombait » quelque peu les perspectives économiques du Gabon. Interrogé à ce sujet sur le plateau du Journal Afrique de Tv5 monde, Mays Mouissi est revenu sur cette situation aussi floue qu’incohérente.

En effet, interrogé sur la réaction du monde des affaires gabonais aux récents événements, l’économiste a indiqué « les opérateurs sont dans le flou et s’interrogent en ce qui concerne Ali Bongo ». Avant d’ajouter, que la décision de la cour constitutionnelle d’autoriser le vice président à diriger le conseil des ministres « envoyait un signal pour le moins négatif », poussant certains opérateurs économiques à limiter leurs investissements.

En ce qui concerne les répercussions de cette situation inédite, Mays Mouissi indique qu’elle pourrait causer ni plus ni moins « qu’une stagnation économique qui ne dit pas son nom », ce qui aurait pour corollaire d’aggraver une situation économique déjà catastrophique. En d’autres termes, l’absence d’Ali Bongo et le manque de communication autour de sa  santé fragilisent un peu plus chaque jour, une économie gabonaise au bord du gouffre.

Par ailleurs, selon de récentes informations « la dette du Gabon serait devenue la plus risquée du continent ». Ce qui s’explique une fois encore par le flou entourant la l’état de santé d’Ali Bongo, qui selon Mays Mouissi « crée un climat de méfiance auprès des investisseurs étrangers ».

Laissez votre commentaire