jeudi,1 octobre 2020
Accueil A La Une Mays Mouissi à Ossouka Raponda: «ce qui a été le mieux développé...

Mays Mouissi à Ossouka Raponda: «ce qui a été le mieux développé au Gabon depuis 2009 c’est la pauvreté et la précarité»

La récente sortie du Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda sur la position de l’analyste économique Mays Mouissi sur la dette publique gabonaise n’a pas manqué de susciter une réaction de ce dernier. Répondant au chef du gouvernement ce dernier a relevé que malgré un niveau d’endettement qui approche les 75% du Produit intérieur brut (PIB), il n’a pas eu d’effet positif sur le développement du pays depuis des décennies. 

En effet, lors d’une interview accordée à la chaîne de télévision francophone TV5 Monde, Rose Christiane Ossouka Raponda a soutenu que l’objectif de l’endettement massif soit un peu plus de 5 000 milliards de FCFA était de développer notre pays et de créer de l’emploi. Une assertion que l’analyste économique n’a pas manqué de balayer d’un revers de la main. 

Pour Mays Mouissi, ces affirmations quelque peu saugrenues du Premier ministre contrastent avec les principaux indicateurs sociaux produits par les différentes organisations internationales. « Ce qui a été le mieux développé au Gabon depuis 2009 c’est la pauvreté et la précarité », a-t-il fait remarquer.  Pour justifier sa position, il a noté que le chômage et la pauvreté ont connu un bond ces dernières années

Parlant du chômage, l’économiste a relevé qu’il était estimé à 20% en 2019. « 10 années et 4000 milliards FCFA de dettes supplémentaires n’ont pas permis aux différents gouvernements où vous avez siégé de réduire le chômage », a-t-il lancé à Rose Christiane Ossouka Raponda. Pis concernant la pauvreté l’enquête du cabinet Mc Kinsey & Company a estimé le taux de pauvreté au Gabon à 30% en 2013. « La plus récente enquête de la Banque mondiale sur la pauvreté au Gabon publiée il y a quelques jours conclut à un taux de pauvreté de 33,4% en 2017 », a révélé Mays Mouissi

Toutes choses qui selon lui démontrent que si entre 2013 et 2017, l’encours de la dette publique avait progressé de 2 525 milliards FCFA, elle n’a malheureusement pas servi à réduire les inégalités sociales. « Un tel résultat obtenu après avoir endetté les générations futures de plusieurs milliers de milliards de francs CFA vous paraît-il honorable pour notre pays ? », a-t-il questionné. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt

padding-top : 20px;