Maroc : le 44ème anniversaire de la Marche Verte, sous fond de «nouvelle phase» pour Mohammed VI

Gabon Gabonmediatime Mohammed Vi Marche Verte Maroc
Au centre, Le Roi Mohammed VI, adressant un discours à la Nation à l’occasion du 44ème anniversaire de la Marche verte. © D.R

Ce mercredi 06 octobre 2019 le peuple marocain a célébré le 44ème anniversaire de la Marche Verte, une étape phare dans le processus du parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume. Occasion pour le Roi du Royaume chérifien Mohammed VI d’adresser un message à la Nation afin de tracer les bases fondatrices  de la « nouvelle phase », qui met l’accent sur la mobilisation, la responsabilité, la capitalisation et le renforcement des acquis. 


Lors de ce discours, le Roi du Maroc a fait l’économie de cet événement marquant de l’histoire du royaume. En effet, lancée par le roi marocain Hassan II, cette grande marche pacifique partie du Maroc le 6 novembre 1975 vers le Sahara espagnol (actuel Sahara occidental), avait pour but de récupérer ce territoire. Pour le souverain, « la Marche Verte a été et restera le symbole absolu de la symbiose qui unit indissolublement le Trône et le peuple ». 

Dans le même élan,  Mohammed VI  a relevé que cet engagement qui a permis la récupération du Sahara se perpétue aujourd’hui avec la volonté affichée par le trône de mener à bien le développement de toutes les régions du Royaume dans le cadre de la régionalisation avancée et dans une logique de complémentarité, de cohérence et d’harmonie. 

Sur la question du Sahara occidental le souverain a estimé que le Maroc dont la position est frappée du sceau de la clarté, est cohérent autant avec lui-même qu’avec l’ONU, avec les organisations régionales et avec ses partenaires extérieurs. « C’est donc avec sincérité et bonne foi qu’il continuera à œuvrer, conformément au processus politique exclusivement onusien et aux résolutions du Conseil de sécurité, pour parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique et consensuelle », a indiqué Mohammed VI. 

Poursuivant son adresse au peuple marocain, le Roi a décliné son ambition de dynamiser les relations internationales et régionales. Une volonté perceptible à travers la main tendue à l’Algérie par le biais de l’initiative de dialogue direct et la construction du Maghreb. « En vérité, notre ennemi commun réside dans l’immobilisme et le faible niveau de développement que connaissent encore nos cinq peuples », a-t-il déclaré. 

Sur le plan économique, le souverain marocain,  tout en faisant le constat de disparité dans le développement de certaines régions du Royaume, a appelé à « une réflexion sérieuse sur l’établissement d’une liaison ferroviaire entre Marrakech et Agadir, en envisageant la perspective d’une extension ultérieure au reste des Provinces du sud ». « Nous préconisons aussi le développement du réseau routier que nous renforçons d’ores et déjà par la mise en place de la voie express Agadir-Dakhla », a-t-il souligné

Le Roi a par la suite exprimé l’importance pour le Maroc d’assimiler et assumer son identité territoriale, d’où la nécessité d’une approche différente du territoire et des régions ; le besoin de plus d’infrastructures, notamment ferroviaires et la nécessité de mettre les infrastructures au service de toutes les régions.

Par ailleurs, Mohammed VI n’a pas manqué d’aborder les relations entre le Royaume du Maroc et l’Afrique qui selon lui est un axe fondamental de sa politique extérieure.  Le changement de dénomination du ministère des Affaires étrangères en est une illustration forte. La focalisation sur la coopération africaine dans l’intitulé du ministère, souligne que le continent est un axe clé structurant de l’action diplomatique, conformément au Hautes orientations royales. 

Cette action diplomatique,  le souverain chérifien la veut sincère et crédible. Une « diplomatie qui joint la  parole aux actes » et qui contraint le Maroc à « honorer  ses engagements et continuer à consolider sa présence en Afrique ».

Laissez votre commentaire