vendredi,23 octobre 2020
Accueil A La Une Marchés publics: 340 milliards de «fausses dettes» révélateurs de l’incapacité du gouvernement...

Marchés publics: 340 milliards de «fausses dettes» révélateurs de l’incapacité du gouvernement à assurer la transparence

En révélant l’ampleur des surfacturations et autres mécanismes sophistiqués mis en place par certaines entreprises visant à « rouler » l’Etat dans la farine, la Task Force sur la dette intérieure a mis en lumière l’incapacité du gouvernement à assurer la gestion et la transparence dans l’attribution de marchés publics. Entre irrégularités et marchés passés de gré à gré, celui-ci voit aujourd’hui l’ensemble de sa dette intérieure remise en cause.

Alors que l’encours de la dette publique gabonaise atteint ces derniers mois des niveaux records, comme en témoigne le montant du stock à fin juin qui se situe aux alentours de 5700 milliards de FCFA avec une dette intérieure représentant quasiment 30% du total à plus de 1600 milliards de FCFA, les révélations de la Task Force sur la dette intérieure viennent de jeter l’opprobre sur la gestion de l’ensemble de cette dette.

Ainsi, après avoir découvert plus de 100 milliards de FCFA de « fausses dettes » dans un premier temps, se sont récemment plus de 240 milliards de FCFA qui ont été mis en lumière. Révélatrices des nombreuses irrégularités pointées du doigt par les institutions internationales dont le Fonds monétaire international (FMI) qui avait en 2019 pointé des « dérapages budgétaires substantiels », ces « fausses dettes » suscitent un certain étonnement.

En effet, instaurée par l’arrêté N°006/PR en date du 20 juin 2020, cette Task Force sur le règlement de la dette intérieure balaie peu à peu d’un revers de la main, l’ensemble de la stratégie d’apurement ponctuée par la création en grande pompe en février 2018 du « Club de Libreville ». Bien loin d’avoir livré son épilogue au regard du montant colossal que représente la dette intérieure, ladite Task Force met également en exergue l’incapacité du gouvernement à assurer la gestion et la transparence dans les passations de marché.

Avec « plus de 90% des marchés passés en gré à gré entraînant surfacturations, travaux non effectués, fraudes fiscales et sociales », c’est donc toute la chaîne des marchés publics qui est remise en cause, rejoignant les récriminations des administrateurs du FMI, qui ont récemment indiqué « combien il est important de garantir la transparence et la responsabilisation dans la gestion des ressources publiques notamment en renforçant les règles de passation de marchés publics ».

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt