Marcel Libama: «Le gouvernement n’a aucune considération ni respect pour les partenaires sociaux»

Marcel Libama, leader syndical © GMT

Dans sa course à la résolution de la crise de l’éducation nationale dont il est lui-même à l’origine, le gouvernement a écarté les syndicats du processus de négociation. Si pour le moment les syndicats n’ont pas encore réagi à la sortie du ministre d’Etat à l’Education nationale, Michel Menga, sur les négociations en cours, Marcel Libama quant à lui,  estime que l’équipe gouvernementale n’a aucun respect pour les syndicats. Pour le syndicaliste et conseiller municipal de Franceville, on ne peut pas gouverner un pays sans les corps intermédiaires.

GABON LIBREVILLE

Le ministre d’Etat à l’Education nationale, Michel Menga M’Essone a annoncé ce mardi 16 avril que des pistes de solutions ont été proposées par les partenaires sociaux qui ont pris part aux négociations les 14 et 15 avril derniers. Pour les syndicalistes qui ont quitté les lieux dès le premier jour, le gouvernement néglige le rôle des syndicats. « Les ministres imbus de leur personnalité ne descendent jamais de leur piédestal pour discuter avec les partenaires d’égal à égal. Ils n’ont jamais compris la nécessité de se mettre au même niveau que les partenaires pour mieux échanger et parvenir à des accords », a déclaré Marcel Libama sur sa page facebook.

Cette attitude à la limite de la condescendance du ministre d’Etat à l’Education nationale est de plus en plus dénoncée par les syndicalistes. Ces derniers estiment que le gouvernement ne veut pas réellement dialoguer avec les partenaires sociaux, car il ne se concerte pas préalablement avec les conseillers ou consultants du travail pour préparer ses rencontres. « Les syndicalistes sont formés pour négocier avec le patronat et le gouvernement pas avec les élèves et les parents d’élèves. Nous voulons simplement la suppression de ses réformes. Les conditions d’enseignement et d’apprentissage sont le fondement de l’excellence tant recherchée par le gouvernement », a affirmé le syndicaliste.

Pour le Conseiller municipal et syndicaliste, Marcel Libama, la négociation est une question de rapport de forces. Au regard de l’attitude « infantilisante » du gouvernement, il enjoint les syndicats à ne laisser aucun doute quant à leur volonté d’arriver à leurs fins dans ce qui s’apparente désormais à un bras de fer. « Il faut donc que les centrales syndicales qui envisagent dialoguer avec le gouvernement la préparent. Le seul fait de la préparer et de démontrer qu’on est prêt à y recourir s’il le faut, peut faciliter un règlement de la situation des bourses et de nos salaires sans grève. L’articulation entre la négociation et les moyens de pression est incontournable », a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire