mardi,22 septembre 2020
Accueil A La Une Marc Tchango: «Ayons la hauteur d’oublier les attributs et prérogatives de nos...

Marc Tchango: «Ayons la hauteur d’oublier les attributs et prérogatives de nos charges pour servir le Gabon»

La polémique née de la demande du Coordinateur général des Affaires présidentielles Noureddin Bongo Valentin adressée aux honorables députés sollicitant leur implication dans l’opération de distribution de l’aide alimentaire dont il était l’initiateur a été inversement appréciée dans l’opinion. Si pour de nombreux acteurs politiques, celle-ci ne respectait pas le principe de séparation des pouvoirs, pour le jeune leader politique et membre du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG) Marc Logan Tchango a, dans une tribune, estimé que ce débat n’avait pas lieu d’être en ces temps de crise sanitaire liée au Covid-19 et qui nécessite l’apport de tous dans la lutte contre cette pandémie. Ci-dessous l’intégralité dudit libre-propos.  

« Pourquoi nous ne devrions pas politiser le don de Noureddin Bongo Valentin aux Gabonais dans le besoin

Alors que les conséquences sociales et économiques ; pour ne mentionner que celles-là ; de la propagation soutenue du nouveau Coronavirus dans le monde ne sauraient à ce jour être pleinement appréhendées, il est fort dommage de constater que dans notre pays, la polémique stérile trouve encore sa place à l’ordre des débats actuels et des priorités exclusives qui doivent nous animer, tous sans exception.

Le Coordonnateur Général des Affaires Présidentielles, Noureddin Bongo Valentin, a décidé de faire un important don en denrées alimentaires à nos compatriotes nécessiteux, en ces temps particuliers qui mettent à rude épreuve les ménages gabonais. Cet élan de solidarité doit être félicité sans réserve. Car il est indéniable que des gabonaises et des gabonais en bénéficieront et qu’il n’y a pas deux manières différentes de jouir d’une aide, selon qu’elle ait été apportée par un représentant de la majorité ou par un représentant de l’opposition. Une aide n’est que ce qu’elle est pour ceux qui en bénéficient ; c’est-à-dire sans coloration politique.

Je constate avec regret que des figures politiques nationales ont fait le choix d’entretenir une polémique qui n’a pas lieu d’être en réaction à cette initiative citoyenne ; se refusant à le distribuer aux populations de leurs circonscriptions respectives. En qualité d’acteur politique, il me semble pourtant que la distribution des denrées mises à disposition dans le cadre de ce don aurait été une autre opportunité pour nos honorables députés de consolider le lien qui les unit à leurs bases, qui plus est face à une crise sans précédent, qui menace notre vivre-ensemble si nous refusons de faire front commun. Les élus nationaux et locaux jouissant d’une parfaite maîtrise du terrain, il n’aurait été que profitable qu’ils s’engagent tous à apporter leur concours à l’opération de distribution qui, du reste, est en cours malgré tout.

La lucidité nous commande de constater que les réticences que peut avoir notre peuple vis-à-vis de la politique ne sauraient être imputées exclusivement à un bord politique ou à un individu, quel que soit son degré de responsabilité. Nous sommes embarqués dans un même navire et cette situation exceptionnelle nous le rappellera de gré ou de force. Justement, son caractère exceptionnel appelle des mesures exceptionnelles, comme le préconise l’adage. Des concessions exceptionnelles et un sens du devoir tout aussi exceptionnel.

Ayons la hauteur d’oublier les attributs et prérogatives de nos charges et responsabilités institutionnelles pour servir le Gabon et les Gabonais simplement. Car devant l’urgence, il me semble que la question essentielle à se poser n’est pas celle de savoir s’il est prévu par mes fonctions actuelles que je rende service de telle ou telle manière. La question capitale est celle de savoir si l’on peut et si l’on doit servir et aider quelle qu’en soit la manière. Le bon sens devrait amener tous les patriotes à répondre par l’affirmative à cette dernière question.

Rappelons-nous cette citation de Jean Monnet, qui disait que « Les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise. » Nous sommes en plein dans une crise bien réelle. Mon vœu est que nous sachions y trouver la nécessité de changer ! Changer un tant soit peu les rapports que nous entretenons entre nous et suspendre nos antagonismes politiciens, si cela peut contribuer au bien commun. Changer notre rapport à la politique et à notre peuple, qui ne saurait être le prétexte de nos postures politiquement intéressées.

Les gabonais ont besoin que leurs représentants les servent en tant que gabonais. Ils n’ont que faire de nos titres, grades et fonctions pour l’instant»

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Street 103 Gabon Gmt