Malversations financières à la BGD : le directeur général se dédouane

Didier Owono Mba Administrateur directeur général de la BGD limogé © D.R

La célébration ce 1 mai 2017 était l’occasion propice de revenir sur les accusations faisant état de malversations et de montage financier au sein de la Banque gabonaise de développement. Son directeur général, Roger Owono Mba, n’a pas manqué de balancer du revers de la main ces graves accusations, qu’il a jugé infondées et malveillantes.

GABON LIBREVILLE

C’est devant ses collaborateurs réunis à l’esplanade de son siège social au centre-ville que Roger Owono Mba a tenu à revenir sur les trois principaux points des accusations portées en son encontre, notamment l’octroi «fictif» des crédits, l’identification des bénéficiaires «fictives des prêts» et la révélation des informations des comptes des clients, il a de facto dénoncer ces «rumeurs et incriminations» fallacieuse.

Au cours de son plaidoyer il a qualifié ces informations «d’incohérentes et illogiques» au regard des principes de rentabilité censés favoriser la croissance et le développement d’une banque.

«Comment est-ce possible d’octroyer des crédits fictifs à des personnes physiques et morales fictives sans atteindre en retour de celles-ci des intérêts ? Ce n’est pas à vous les banquiers que l’on peut expliquer ce genre de choses»,  s’est-il interrogé.

S’adressant semble t-il aux indélicats auteurs de ces fausses informations, il a martelé que «ceux qui savent qu’ils ne veulent plus continuer à travailler avec nous, ils sont libres de partir».

Par ailleurs, il a relevé que malgré «les charges très élevées et l’amenuisement des ressources disponibles» liés à la conjoncture économique actuelle, son institution bancaire a réalisé des performances remarquables.

«L’heure est donc arrivée pour nous de nous souder les coudes. L’image de notre entreprise est ternie par des personnes véreuses qui pensent bien faire. Alors qu’elles nous éloignent de nos clients qui peuvent nous apporter des ressources nécessaires à notre survie. Tendons-nous la main et travaillons de façon unis comme les cinq doigts de la main», a-t-il lancé à l’endroit de ses collaborateurs.

Laissez votre commentaire