vendredi,3 décembre 2021
AccueilDerniers articlesMakokou: manifestation des femmes victimes d’attaques d’éléphants

Makokou: manifestation des femmes victimes d’attaques d’éléphants

Ecouter cet article

Le lundi 15 novembre 2021, un collectif de femmes de Makokou dans la province de l’Ogooué-Ivindo, a manifesté pour interpeller le gouvernement sur le calvaire qu’endurent ces citoyennes depuis le début du conflit Homme-faune. Ces dernières fustigent le silence des autorités concernant l’incursion des éléphants proches de leurs habitations, causant ainsi la destruction de leurs plantations. 

Nouvel épisode dans le conflit Homme-faune qui continue de prendre d’énormes proportions. En effet, après les villes de Mékambo, Mouila et Fougamou, les populations de Makokou sont montées au créneau. Ainsi, les femmes de la localité ont organisé le lundi 15 novembre dernier une marche pacifique en direction du gouvernorat dans le but de fustiger le laxisme dont font preuve les autorités gouvernementales.

Pour les femmes de Makokou, cette marche a pour but de faire réagir les autorités. « C’est pour dénoncer le silence et surtout l’inaction du gouvernement qui choisit de protéger ses éléphants au détriment de sa population. Comment la population va faire face à la disette qui s’annonce dans cette localité. Les éléphants ont tout dévasté. Mais, on ne peut rien faire. Et on attend un gouvernement qui ne réagit pas », a déploré une des participantes présente à ladite manifestation à nos confrères de Gabon Review.

On se souviendra que les mêmes causes ont poussé la population de Mékambo dans les rues en mai dernier avec pour conséquence la mort d’un écogarde. Malgré les nombreuses promesses faites à l’issue des concertations, les problèmes demeurent et aucune solution pérenne n’a pour l’heure été proposée. De nouvelles attaques d’éléphants sont régulièrement enregistrées un peu partout dans ces localités.

Ainsi, gageons que cette énième interpellation résonne comme un appel à changer les choses auprès des autorités de Makokou. Plus d’un an après l’avènement du covid-19 au Gabon, il est désolant qu’une frange de la population soit laissée pour compte au profit de la lutte contre la pandémie. Le gouvernement gagnerait à mettre autant d’efforts dans la résolution du conflit Homme-faune qu’il le fait avec le coronavirus.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop