Majorité républicaine et sociale pour l’émergence : Limbourg Iwenga remet au goût du jour la nécessité d’un débat interne

© Union

La célébration du 49ème anniversaire du Parti démocratique gabonais (PDG) a été l’occasion pour la Majorité républicaine pour l’émergence, de réaffirmer son soutien à la politique d’Ali Bongo. Au cours de cette cérémonie la secrétaire générale adjointe et coordinatrice de l’Union des femmes du Parti démocratique gabonais (UFPDG), Annie Chrystel Limbourg Iwenga, a également  saisi cette occasion pour appeler à l’ouverture d’un débat franc entre les composante de cette majorité.



Cette coalition regroupant l’Alliance démocratique et républicaine (ADERE) de Florentin Moussavou, le Rassemblement Pour le Gabon (RPG) de Paul Mba Abessole, le Centre des libéraux réformateurs (CLR), Gabon Avenir, le Parti Gabonais du Centre Indépendant (PGCI), le Rassemblement pour la Démocratie et le Progrès (RDP), le Rassemblement des Républicains et le Bloc démocratique chrétien, a pour fondement le soutien à la politique d’Ali Bongo.

Toutefois, cette majorité est confrontée à une sorte d’hégémonie du Pdg qui laisse peu de place à la discussion, d’où le rappel dimanche dernier de  la secrétaire générale adjointe du Parti démocratique gabonais (PDG), par ailleurs coordinatrice de l’Union des femmes dudit parti, de la nécessité d’ouvrir un dialogue franc  non seulement à son parti, mais aussi au niveau des forces qui défendent la politique d’Ali Bongo.

Annie Chrystel Limbourg Iwenga, a pour l’occasion souligné qu’il était important d’engager «la régénération et la revitalisation» du Parti démocratique gabonais, qui ces dernières années a enregistré une véritable saigné dans ses rangs.

De ce fait, elle a demandé «la tenue d’un débat franc et sincère en vue d’une autocritique entre camarades pédégistes dans un premier temps ; et dans un second temps entre l’ensemble des forces qui disent et affirment haut et fort qu’elles vous soutiennent» afin de  redéfinir l’avenir de cette famille politique.

Laissez votre commentaire