Mairie de Libreville: à quoi ont servi les 2 milliards alloués pour la collecte des ordures?

Rose Christiane Ossouka Raponda, maire sortante de Libreville © GMT

La problématique de l’insalubrité omniprésente dans la capitale demeure une véritable préoccupation pour les populations, qui chaque jour côtoient ordures ménagères et animaux nuisibles avec un risque sanitaire accru. Une question qui semble désormais légitime au moment où on apprend qu’en 2018 la mairie a bénéficié d’une subvention d’un montant de près de 3 milliards mais dont l’utilisation reste un véritable mythe.



Il n’est un secret pour personne que l’ensemble des collectivités locales du Gabon bénéficie chaque exercice budgétaire d’une subvention allouée par l’Etat pour assurer de manière efficiente non seulement leur fonctionnement mais aussi remplir les missions de service public qui leur sont dévolues. Ainsi, on apprend que dans le cadre de la loi de finances 2018, l’enveloppe allouée à la commune de Libreville a été de 2 milliards 958 millions de Fcfa affectés pour la collecte des ordures et l’entretien des voiries urbaines.

Face à la recrudescence de l’insalubrité que connaît la capitale, ce montant devait donc naturellement servir à venir en appui à la société Averda dans la collecte des ordures ménagères. Mais même si on pourrait arguer comme l’indique chaque jour l’édile de Libreville Rose Christiane Ossouka Raponda que sa collectivité manque de moyen, la question de l’utilisation de cette « modique somme » suscite quelques suspicions tant sur le plan des ordures que sur celui de l’entretien des voiries de la ville.

Pour de nombreux citoyens de la capitale politique du pays, la prolifération des poubelles jusque près de leurs habitations, avec le risque sanitaire que cela suppose, est la preuve de l’incapacité du Conseil municipal à répondre de manière efficace aux missions qui sont les siennes. Outre la nécessité pour l’actuel équipe municipale de justifier l’utilisation de ces ressources, il serait judicieux que les plus hautes autorités commandent des audits sur l’utilisation de la subvention allouée à l’ensemble des collectivités locales du pays.

Laissez votre commentaire