Les magistrats menacent de sceller les Cours et Tribunaux si Nkea n’est pas viré

Les magistrats lors de leur déclaration du mardi 6 février 2018 © GMT

Au cours d’un point de presse qu’ils ont animé ce mardi 6 février 2018, sur le perron du Palais de Justice de Libreville, les membres du Syndicat national des magistrats du Gabon (Synamag) ont fait le point du mouvement de grève qu’ils observent depuis le jeudi 14 décembre 2017. Pour avoir été traités de corrompus par le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Francis Nkea, les magistrats exigent depuis lors le départ pure et simple du membre du gouvernement pour reprendre le travail.

La grève générale qu’observent les magistrats du Gabon est loin de connaitre son épilogue. Pour cause, les hommes en toges noires n’entendent pas lâcher du leste et exigent toujours l’éviction de leur ministre de tutelle qui, dans un point de presse, les avaient traité de corrompu.

Le Synamag reproche entre autres à Francis Nkea d’accuser «un juge d’instruction d’avoir reçu d’un inculpé des fortes sommes d’argent contre sa mise en liberté» ainsi que d’avoir «menacé d’arrestation un juge d’instruction dans l’exercice des ses fonctions; violé le secret de l’instruction en disposant de force d’un dossier d’instruction couvert du sceau du secret».

Germain Nguema Ella, président du Syndicat national des magistrats du Gabon, a dénoncé l’opposition du ministre à la mise en liberté provisoire du mise en cause; ceci de manière arbitraire depuis deux mois à la direction générale des recherches (DGR).

Face au silence observé par le gouvernement, malgré le fait qu’ils aient été reçus par le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, qui a assuré prendre en main ce dossier, le Synamag a réitéré son refus de voir Francis Nkea demeurer à la tête du ministère de la Justice.

«Pour que notre patience ne soit plus considérée comme une faiblesse, le Synamag se réserve le droit de faire une marche de protestation et de procéder à la fermeture pure et simple de toutes les juridictions sur l’ensemble du territoire national», a martelé Germain Nguema Ella.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire