Maganga Moussavou: «les voyages incessants, à l’origine de la situation d’Ali Bongo»

Ali Bongo et Maganga Moussavou à Mouila (archives) © D.R

Profitant de son déplacement à Franceville dans la province du Haut-Ogooué pour être au plus prêt des sinistrés des dernières pluies torrentielles, le Vice-président de la République Pierre Claver Maganga Moussavou a profité de cette tribune pour évoquer la santé d’Ali Bongo Ondimba à qui il a rendu visite récemment à Rabat au Maroc. A cette occasion, il a indiqué que ce dernier devrait prendre du temps pour se ménager avant de rentrer.

Revenant sur la santé du président de la République, Pierre Claver Maganga Moussavou a fustigé le comportement de certains compatriotes qui exigent le retour imminent d’Ali Bongo Ondimba oubliant qu’il a besoin de repos. « Ce qui a fait en sorte qu’il soit dans cette situation, ce sont les voyages incessants, on ne le ménage pas et ce n’est qu’un homme comme nous qui doit avoir des plages de repos », a-t-il souligné.

Absent depuis plus d’un mois, Ali Bongo Ondimba ne pourra probablement pas regagner le territoire gabonais dans les prochains jours d’ailleurs, le Vice-président s’est voulu clair sur la question il faut en pareille circonstance laisser le chef de l’Etat recouvrer tout le temps qu’il faudra sa santé, il ne faut pas le précipiter encore moins le submerger at-il confié.

Si de nombreux observateurs attendaient la démission du Premier ministre pour revoir le numéro un gabonais, c’est peine perdue, Maganga Moussavou a encore souvenance des années passées sous Léon Mba, qui signait des décrets en France où il se faisait traiter. C’est son Vice-président qui allait recueillir ses orientations et c’est à l’ambassade du Gabon à Paris que les décrets étaient signés.

Après son départ de Franceville, Maganga Moussavou se rendra du côté de Guietsou où les inondations ont également fait de nombreux sinistrés y compris luimême puisque les maisons construites aux enseignants du collège par ce dernier ont été inondées par les eaux.

Laissez votre commentaire