Lycée d’Oloumi : Un élève exclu pour avoir tenté d’assassiner son camarade

 

Le mercredi 15 février dernier au lycée Paul Emane Eyeghe d’Oloumi, dans le 5ème arrondissement de la ville de Libreville, un élève a été exclu définitivement pour avoir attenté à la vie d’un de ses condisciples. N’eût été la vigilance d’un membre du personnel d’encadrement on aurait vécu un drame. Un fait qui remet à jour la problématique de la violence et de l’insécurité dans les établissement secondaires gabonais.

C’est par le biais d’une note émanant du proviseur de cet établissement, Georges Elie Mondjo Mabadi, et affichée à la surveillance dudit établissement que nous avons appris qu’un élève de 5ème a été exclu définitivement pour avoir attenté à la vie d’un de ses condisciples en le poignardant.

Fort heureusement, un surveillant a été alerté à temps et le pire a été évité. Ce dernier a même dû s’employer pour rattraper et ramener l’élève fautif, qui avait déjà pris la fuite hors de l’enceinte de l’établissement. « À notre niveau, nous avons exclu cet élève définitivement en guise de sanction et convoqué les parents des deux élèves », nous a-t-il confié. Indiquant par ailleurs que « Nous ne savons pas la suite de l’affaire ».

Sur place, nous avons pu recueillir les avis de certains élèves et personnels administratifs. Deux versions se dégagent. Pendant que certains nous parlent d’une histoire de moquerie, d’autres nous ont fait comprendre qu’en réalité, il y a une fille au cœur du problème.

Comment des élèves peuvent-ils pénétrer dans un établissement scolaire avec une arme blanche ? Qu’est-ce qui peut bien pousser un élève et de surcroît un mineur, à vouloir donner la mort à son camarade ? Autant de questions qui remettent à l’ordre du jour la sécurité des enfants au sein des lycées et collèges, mais aussi, l’éducation scolaire et même parentale. Pour rappel, le 20 décembre dernier, un élève de 5e au complexe Léon Mba a perdu la vie dans des circonstances similaires.

Nous n’avons pas pu rencontrer le proviseur et des élèves de la classe concernée pour savoir réellement ce qui a pu pousser ce jeune homme à commettre un acte aussi grave. Nous y reviendrons.

Laissez votre avis