Lycée de Sibang: quand l’éducation côtoie l’insalubrité

© GMT

Le lycée Jean-Baptiste Etoughe, situé dans le 6e arrondissement de Libreville donne une image peu reluisante. Pour cause, l’entrée et l’intérieur de cet établissement sont envahis par des tas d’immondices. Une situation qui n’est pas sans conséquence pour la santé du personnel enseignant et des apprenants.

La situation sanitaire que rencontre lycée Jean-Baptiste Etoughe, plus connu sous le nom de Sibang constitue aujourd’hui un réel péril pour ceux qui le fréquentent au quotidien. Une route crevassée, des hautes herbes, des flaques d’eau ou un tas d’ordures ménagères devant le portail, tel est le supplice auquel sont confrontés les élèves et les enseignants de cet établissement secondaire de Libreville.

Excédé par cette situation, qui selon les élèves dure depuis plusieurs mois, le personnel soignant de l’infirmerie ne cesse d’enregistrer plusieurs cas de maladies. «A travers ces poubelles, les enfants ramassent la bilharziose, des pleurites, et la toux», confie un infirmier tout en soulignant qu’il espère que sa préoccupation sera entendue par les autorités compétentes.   

L’administration quant à elle, se dédouane de toutes responsabilités. Son proviseur, Aloïse Etoughe Assame, a indexé Averda, la société de ramassage d’ordures ménagères et les responsables municipaux (mairie centrale et mairie du 6ème arrondissement). «Ce que vous voyez au portail, c’est hors du lycée, c’est Averda et les autorités municipales qui ont décidé de mettre la poubelle devant le lycée. Cela cause des problèmes à mes élèves, quand il pleut ces saletés entrent dans le lycée», a-t-il relevé.

Il a également fustigé l’attitude d’incivisme de certains riverains qui «s’emploient à jeter les ordures à même le sol quand bien même averda les ramasses». Une situation que le chef d’établissement déplore et devant laquelle il ne dispose visiblement d’aucune marge de manoeuvre.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire