Lycée Bessieux : le censeur de la vie scolaire menacé de mort par un élève

Le problème d’insécurité au sein des établissements scolaires du Gabon connaît depuis quelques mois une recrudescence jamais atteinte jusque-là. Après les agressions au couteau observées dans plusieurs lycées et collèges du pays par des élèves sur leurs condisciples, désormais ce sont les membres de l’administration qui semblent être visés par des actes de violences verbales ou physiques. C’est le cas du censeur de la vie scolaire du lycée Bessieux qui a reçu des menaces de mort de la part d’un élève.



Il ne se passe plus un jour sans que le problème d’insécurité en milieu scolaire ne fasse la une de la presse locale. Des agressions physiques et verbales souvent l’oeuvre des élèves qui, poussés par on ne sait quel esprit, s’illustrent par des actes criminels sur leurs propres collègues, et cela sous les regards impuissants des responsables d’établissements qui procèdent de temps en temps à des exclusions sans que le phénomène ne s’estompe.

Le dernier fait en date qui vient montrer une fois de plus l’inquiétante proportion qu’a pris ce phénomène en scolaire de se traduit par la menace de mort reçue par le censeur de la vie scolaire du lycée Bessieux. Dans un avertissement affiché à l’entrée du bureau de ladite responsable on peut lire : «Madame Mezui si vous continuez à nous exclure vous allez mourir. Vous allez voir. Avertissement». Et la note signée du dénommé «Zagalo» précise : «Je suis déjà exclu, mais je vais venger mes frères qui sont encore là-bas avec vous». Des propos à prendre avec beaucoup de sérieux au vu des actes de violences déjà observés dans d’autres établissements de la capitale .

Cet énième cas, mettant sans doute en cause un élève de cet établissement, démontre la gravité de la situation qui tend à se propager à l’intérieur du pays. Une situation qui devrait interpeller les autorités, qui jusqu’alors semblent peu conscientes de la gravité du phénomène d’insécurité et de violence au sein des établissements du pays.

Laissez votre commentaire