Lutte contre le VIH/Sida : le cas inquiétant des 18 000 malades perdus de vue

Créée en 2001 dans le cadre de la lutte contre le VIH/Sida, les centres de Prise en charge (Pec) des malades atteints par cette maladie a enregistré  59 567 personne à ce jour. De ce chiffre on extrait la catégorie des personnes perdues de vue (PDV), qui selon les informations relayées par le quotidien l’Union, avoisine les 18 000 de nos jours.

Les personnes perdues de vue (PDV) représentent cette catégorie de personnes qui pour une raison ou une autre, ont interrompu le suivi médical ou ont choisi de disparaître, une fois leur statut sérologique connu. Selon le constat fait par les acteurs engagés dans la lutte contre ce fléau, cette catégorie est la cause de l’augmentation effrénée de nouvelles contaminations au VIH.

Ils sont de ce fait considérés comme dangereuses, puisqu’ils entretiennent l’évolution du virus à la fois dans leurs propres organismes et dans ceux de leurs partenaires, fidèles ou occasionnels.

Les raisons liés à l’abandon du suivi médical sont très souvent d’ordre psychologique. Pour le patient, la première difficulté est  l’annonce de la maladie, qui bouleverse complètement sa vie. Pour surmonter cette étape, il est important que celui-ci intègre les contraintes médicales liés à cette maladie, une situation que certain peine souvent à imaginer.

Laissez votre avis