mardi,18 janvier 2022
AccueilA La UneLutte contre la corruption: Nestor Mbou pour une tolérance zéro dans le...

Lutte contre la corruption: Nestor Mbou pour une tolérance zéro dans le secteur pétrolier

Ecouter cet article

Ce jeudi 09 décembre 2021 l’auditorium du ministère des Eaux et Forêts a servi de cadre à la célébration de la journée nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite. Pour cette édition 2021 marquée par l’organisation d’un atelier animé par les membres de la Commission nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite (CNLCEI), il était question d’échanger sur la problématique de ce phénomène dans le secteur pétrolier. 

Placée sous le thème « Les risques de corruption dans le secteur pétrolier au Gabon », cette rencontre a vu la participation du ministre des Eaux et Forêts Lee White, du ministre de la Défense nationale Michael Moussa Adamo ou encore du secrétaire général du ministre du Pétrole Nestor Ayi. Occasion pour le président de la CNLCEI Nestor Mbou d’édifier l’assistance sur la l’importance de la transparence dans ce secteur clé de l’économie nationale. 

Lors de son allocution, le président de la Commission nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite a rappelé que ces assises devraient permettre de s’assurer « que le processus allant de l’attribution des permis à la commercialisation des produits pétroliers finis, s’inscrit dans un cadre vertueux, à l’abri de la corruption et de l’enrichissement illicite ». A terme, il s’agira d’apporter une contribution pour la mise en place d’un dispositif de prévention et de répression de ces phénomènes qui touchent l’administration. 

Secteur clé de l’économie, avec 38,5% de part au Produit intérieur brut national, le secteur pétrolier a été secoué par des scandales de grande ampleur. Selon Nestor Mbou, il est gangrené par le peu de transparence dans l’octroi des permis pétroliers, des questionnements sur l’opportunité du recours au gré à gré comme mode de passation des marchés ou encore le trafic d’influence dans le processus des études d’impact. Face à ce constat, le président de la CNLCEI a réaffirmé la « détermination » de son institution « à éradiquer ces comportements déviants et blâmables ». 

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Enami Shop