L’UOB hôte des journées des sociologues 

© D.R

Du vendredi 13 au 14 juillet 2018, l’Université Omar Bongo (UOB), a servi de cadre d’accueil aux «journées des sociologues». Ces journées organisées en deux temps, ont réunis professeurs, étudiants et profanes afin de deviser sur les questions d’ordre sociologique et sociétale et y apporter quelques pistes de solutions.

Après la tenue d’un mini colloque l’année dernière, c’est donc une première édition, cette année, qui s’est deroulée en deux étapes, une journée, dite scientifique, avec des conférences et débats, puis le lendemain, le 14 juillet, une journée caractérisée par des activités socioculturelles. Le département de sociologie, qui a accueilli la première journée, a donc été le théâtre de discussions et analyses entre acteurs du monde universitaire, population estudiantine et civile.

En effet, pour édifier étudiants et visiteurs sur les faits, l’amphithéâtre a reçu trois docteurs qui ont  exposé sur trois thématiques distinctes, à savoir, l’agro-industrie et l’insuffisance alimentaire au Gabon, la sociologie gabonaise la nécessité de son renouvellement et les migrations du 21e siècle.

Pour le premier exposant, Dr Marcel Bridon, son analyse sur l’agro-industrie et l’insuffisance alimentaire au Gabon, «n’est nullement une critique acerbe, mais une contribution, un complément sur la situation agricole du Gabon», a-t-il indiqué. À la question de savoir quel lien fait-il entre sa discipline et la question agricole, le sociologue a répondu, «que dans toutes les pratiques sociales, le sociologue se doit d’avoir un droit de regard, car elle permet une bonne vulgarisation dans une société qui se veut optimale».

Par la suite, le Dr Placide Ondo, a entretenu les participants sur la nécessité de renouveler la sociologie gabonaise. Laissant ainsi l’honneur au sociologue et Directeur du département de sociologie Fortuné Matsiegui Mboula, de clôturer cette journée scientifique, sur le thème des migrations du 21e siècle. «La migration vers le Gabon est surtout une migration économique. Parce que le Gabon est vu comme un pays où il coule du lait et du miel pour tous. C’est l’Eldorado africain», dira-t-il. Il assure que les gouvernements sont responsables de ce flux de migrations, du fait d’une mauvaise redistribution.

Après la journée scientifique, place à la détente et aux festivités. En effet, le 14 juillet dernier, le public a pu découvrir une université Omar Bongo visiblement sereine, apaisée: après un match de football, des artistes chanteurs du département viendront clôturer l’événement.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire