L’Onep en passe de déclencher une grève à Addax

Siège de l'Onep Port-Gentil © D.R

Dans une lettre datée du 26 mars 2018, l’Organisation national des employés du pétrole (Onep), a informé l’administrateur général de la société Addax petroleum Oil & Gas Gabon (APOGG), d’un préavis de grève reconductible. Ce dernier qui s’étend jusqu’au 31 mars, pourrait, en cas de non-négociation, paralyser les activités de ladite entreprise.

En effet, 3 ans après la conciliation partielle entre Addax et l’Onep, le syndicat dénonce le non-respect de plusieurs points contenus dans le procès verbal datant d’avril 2015. A cela s’ajoute, l’échec sur plusieurs points, et le mutisme de la direction générale sur les sollicitations des travailleurs en rapport aux informations de vente des actifs de Sinopec dans Addax.

Un faisceau d’éléments qui ont ainsi conduit l’Onep, conformément aux dispositions des articles 268, 341 et 345 du code du travail en vigueur en République gabonaise, à déposer un préavis de grève qui expire ce samedi 31 mars à 23h59. Passé ce délai, l’organisation syndicale se réserve «de déclencher une grève de 15 jours dans toutes les installations ou sont affectés les employés de l’APOGG: Akondo, Tsiengui, Obangue, Port-Gentil et Libreville».

Cette mise en garde contraindra-t-elle la direction générale d’Addax à satisfaire les 11 points préalables inscrits dans le cahier de charges de l’Onep? Notamment, la présence d’un représentant du groupe Sinopec venant de Beijing et ayant un pouvoir décisionnel sur l’ensemble des points du présent cahier de charges, l’octroi d’un bonus de bonne séparation en cas de vente des actifs Sinopec dans Apogg suivant le barème joint en annexe, la réaffectation immédiate des employés mis illégalement en «stand-by» et indemnisation du manque à gagner à chacun, durant la période etc.

La lettre fait également mention de trois points de droit à savoir la mise en retraite des employés ayant atteint l’âge limite prévu par la réglementation en vigueur, le règlement du différend CNSS-APOGG et le renouvellement du mandat CPCESS dans un délai de 30 jours. Mais aussi , de deux points de négociation il s’agit : du rachat des titres de transport concernant la période allant de 2018 à la fin du Cepp et la mise en place d’un plan de départ négocié aux conditions pratiquées dans le groupe en 2017.

Fondée en 1994, l’entreprise est une filiale du groupe Sinopec depuis août 2009, l’un des premiers producteurs de pétrole et de gaz en Chine, plus grand groupe de raffinage en Asie et deuxième au niveau mondial. Le groupe s’est installé au Gabon en 2004, la récente crise de l’industrie pétrolière mondiale avait laisser planer sur sa filiale gabonaise le spectre de la fermeture.