dimanche,20 septembre 2020
Accueil A La Une Loïc Zotta: « Noureddin Bongo répond aux demandes des populations »

Loïc Zotta: « Noureddin Bongo répond aux demandes des populations »

Il y a quelques jours, le Coordinateur général des affaires présidentielles Noureddin Bongo Valentin sollicitait du président de l’Assemblée Nationale, Faustin Boukoubi qu’il permette la mise à disposition de sa dotation de plusieurs centaines de tonnes de denrées alimentaires aux élus locaux. Un don qui devait être distribué à leurs électeurs fortement frappés par la crise sanitaire liée à l’épidémie du coronavirus, le covid-19. Les réactions de certains députés très peu enclins à accéder à cette requête et le non polissé de Faustin Boukoubi à l’initiateur du projet a suscité débats et commentaires. D’aucuns s’interrogeant sur la pertinence d’une telle démarche et d’autres sur la légalité et la légitimé de celle-ci. Loïc Zotta, citoyen gabonais, membre du Parti démocratique gabonais (PDG), dans cette tribune se départit de toutes les considérations politico-administratives et juridiques mises en avant dans cette affaire, pour ne retenir qu’une seule, résolument la plus importante à savoir, la demande des Gabonais sans cesse croissante sur la question alimentaire et sur l’importance de ne s’appesantir que sur un seul angle : la volonté républicaine de Noureddin Bongo Valentin de satisfaire la demande de ses compatriotes dans un contexte où solidarité, don et assistance sont les leitmotives. Ci-dessous la publication in extenso de ladite tribune. 

« TRIBUNE LIBRE SUR LE DON DE Noureddin Bongo Valentin 

Une crise sanitaire sévit actuellement dans le monde entier et plus particulièrement dans notre pays le Gabon, provoquée par le Coronavirus dénommé Covid-19, dont il est important de rappeler que nous dénombrons à ce jour sur le territoire : près de 3 morts, environ 200 personnes infectées et une trentaine de personnes guéries.

Le Chef de l’État, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, il y a un vingtaine de jours, a pris un certain nombre d’engagements et a instruit le gouvernement de les appliquer sans délais pour faire face à cette pandémie et marquer l’accompagnement de l’État notamment pour les populations sur le plan social : pour les Gabonais Économiquement Faibles (GEF) 4 milliards de FCFA par mois pour le règlement des factures d’électricité et 2 milliards de FCFA pour les factures d’eau et ce jusqu’à nouvel ordre ; la prise en charge des loyers des personnes sans revenus et à cet effet il est mis à la disposition des petits propriétaires une somme de 2,5 milliards de FCFA ; la gratuité des transports en commun à travers la mise à disposition des bus des sociétés publiques, ce pour un montant de 6 milliards ; sans oublier les mesures fiscales et de plusieurs mesures d’accompagnement aux entreprises etc.

Nous tenons à préciser que toute initiative de venir en aide à l’autre, d’aller vers autrui est a priori positive et louable. Cette période difficile pour notre société et plus encore pour les ménages les plus fragiles, a laissé entrevoir de fortes disparités, une précarité et une grande exclusion sociale dans notre pays. Ce qui a d’ailleurs suscité à la suite du Président de la République, du Gouvernement et des Parlementaires, une pléthore d’initiatives sociales venant entre autre : des entreprises comme OLAM, SEEG, SOBRAGA, SETRAG, ARTEF etc. Par la suite, la Fondation Sylvia Bongo Ondimba, la Fondation Jean Ping, la Fondation Saïdou Khan, des communautés étrangères, certaines associations et des personnalités publiques à l’image de M. Pierre Emerick Aubameyang, M. Marc Tchango et bien d’autres…

De nombreuses vocations dans le domaine de la solidarité et de l’humanitaire en particulier ont vu le jour (rire). Des moyens énormes ainsi que de nombreux bénévoles ont été mobilisés, même s’ils semblent toujours insuffisants au regard des cris d’alarmes assourdissants provenant des populations de plus en plus nécessiteuses criant à la limite au désarroi. Le citoyen lambda semble percevoir les efforts qui sont déployés à travers les seules annonces émises par les autorités. Toutefois, les résultats sur le terrain sont toujours attendus. Ce qui démontre à suffisance que les chantiers futurs sont immenses, que les inégalités se creusent davantage dans notre pays et que par dessus tout l’on dénote un vrai problème d’organisation. Il aurait été intéressant de réfléchir et de concevoir plus généralement une stratégie et une organisation globale. Ce à quoi on assiste, c’est plutôt la dissémination des volontés individuelles, au détriment des volontés collectives que ce soit avant les mesures annoncées, tout au long vu que nous y sommes et l’après qui semble se profiler à l’horizon. 

À celles des motivations dites et non dites de l’action solidaire émise par M. Noureddin Bongo Valentin, Coordinateur Général des Affaires Présidentielles (CGAP), à la question de savoir pourquoi une partie de l’opinion publique et certains députés de l’Assemblée Nationale qui ont été instruits à travers son Président pour la répartition desdits dons dans les différentes localités, il semble ne pas trouver leur assentiment, plusieurs réponses peuvent être apportées sans prétendre bien évidemment à une étude exhaustive.

Noureddin Bongo Valentin répond aux demandes des populations

A ce sujet, de ceux qui ne semblent pas partager l’ambition du donateur, qui pourtant à travers son geste cherche vraisemblablement le bonheur de ses concitoyens, il se dégage de nombreuses raisons.

En effet, il est clair qu’à ce jour, le procédé défraye la chronique. Jamais, au grand jamais de l’histoire de notre pays, nos députés auraient été mandatés par écrit que ce soit par le Président de la République, ou une autre personnalité pour aller distribuer des dons aux populations au nom d’une autre personne dans leurs localités respectives. Même si, insidieusement en tant que Président du Parti les populations aient souvent perçus les actions de leurs députés PDG comme celles offertes par le Distingué Camarade Président à leur endroit.

A cette voie de fait, il ne serait nullement question ici, d’établir un quelconque incident juridique, loin s’en faut car cela n’en est pas le lieu. Il serait davantage question, à travers cette mesure qui semble inique pour ses contempteurs de la confronter à une expérience vécue ou réalisée dans notre pays ou ailleurs. 

Plus loin, nous pouvons rajouter qu’aussi louable et salvatrice que cette bonne action de M. Noureddin Bongo Valentin puisse paraître les Honorables Députés et d’autres concitoyens peinent réellement à concevoir, qu’ils puissent avec les denrées expédiées répondre de manière exhaustive aux demandes des populations. 

Bien évidemment, de nombreuses localités fortes reculées, manquent aujourd’hui de tout. Le conflit Homme-Faune à travers la déforestation pousse de nombreuses bêtes à saccager les plantations, les potagers menaçant au passage le bien-être des populations. Celles-ci autrefois de lignée de chasseurs et pêcheurs se retrouvent à manger du dindon, cuisse de poulet, croupions et autre volailles citadines au village. Non pas par volonté mais plutôt par nécessité.

Sans oublier, que ce n’est pas nous qui l’avons dit, il nous a été donné l’opportunité de parcourir les résultats de l’étude McKinsey émise par la Fondation Sylvia Bongo Ondimba en 2014. Ces derniers stipulaient, que plus de 90% des populations en milieu rural vivent sous le seuil de pauvreté. Alors, comment peut-on réellement dispatcher ces quelques vivres de manière efficiente dans des territoires où plus de 90% des habitants sont des Gabonais Économiquement Faibles (GEF) sans en frustrer d’aucuns. Comme on dit au quartier : « Qui aura, qui n’aura pas ? » A cette question, beaucoup d’élus ne souhaitent pas s’essayer au risque de se faire « lyncher ». Car aujourd’hui, il est fort de constater que des élections se jouent parfois à des détails aussi futiles qu’un tee-shirt. A plus forte raison des denrées alimentaires de première nécessité en période de crise.

Dresser plus de ponts que de barrières

La restriction des activités commerciales, économiques et autres dans ces territoires ayant fortement impactée leurs capacités à se nourrir, à travailler ou à prendre soin d’eux-mêmes. Il va de soi que ces denrées à l’heure où je vous écris, sont fortement attendues par tous.

Une dernière raison à mon humble avis, c’est le fait que ce don n’ait pas été reversé dans le Fonds pour la lutte contre le COVID-19 créé à cet effet. Une banque alimentaire a été créée, au moment où celle-ci rencontre de nombreuses difficultés dues à des problèmes de réapprovisionnement et une forte demande sur le terrain. Pour des besoins de coordination et de vision d’ensemble, il aurait été souhaitable que celui-ci soit intégré dans la banque alimentaire afin d’être profitable au plus grand nombre. 

Cette volonté d’individualiser ces dons surtout venant d’une aussi Haute Personnalité peut prêter réellement à confusion. Quand on sait, que même le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali Bongo Ondimba qui nous a fait un don personnel de plus de 2 milliards l’ait reversé dans le fonds des GEF à la CNAMGS. N’est-ce pas là une orientation citoyenne et sage ?

Cette période critique pour notre pays doit être l’occasion de dresser plus de ponts que de barrières. La fracture sociale est tellement profonde. Qu’aujourd’hui, si l’on se permettait de faire une enquête de satisfaction ou d’opinion auprès de nos concitoyens le gouvernement serait lourdement sanctionné. A plus forte raison, s’il y avait une élection ?

Mais bon, ce ne sont que mes propos et ils n’engagent que moi-même. 

Mon Grand-Père me disait de son vivant, que lorsqu’un jeune voulait prendre place dans le corps-de-garde et se faire écouter avec attention, il devait amener la cola, le tabac et le vin de palme pour tous.

A bon entendeur,

Salut »

Loïc Zotta,

Citoyen gabonais et membre du Parti démocratique gabonais (PDG)

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Street 103 Gabon Gmt