Linaf: deux mois de salaires impayés et chômage technique

Brice Mbika Ndjambou, président de la Linaf © D.R

Dépendante de l’État et de ses subventions pour fonctionner, les salariés de la Ligue national de football professionnel (Linaf), n’ont plus été payés depuis plus deux mois. Cette situation fait suite au désengagement de l’Etat pour cette saison 2017-2018, et à l’absence de partenaires.

Le constat est affligeant voire désespérant. A peine quelques mois après le début du championnat national, celui ci a dû être interrompu faute de moyens financiers. Les employés en colère et sans salaires ont fermés les bureaux. L’heure est désormais à la revendication.  «Nous ne sommes pas des retraités pour qu’on soit payé après trois mois», indiquent-ils sur des banderoles; rapporte notre confrère  i Sport.

Des observateurs sportifs pointent «l’incompétence » de Brice Mbika Ndjambou, président de la Linaf. Ce dernier serait à l’origine de ce dysfonctionnement. Au lieu de trouver de nouveaux partenaires, il a attendu comme un «indigent» que l’État daigne se préoccuper du sort de la Ligue national de football professionnel. Pire, Brice Mbika Ndjambou a plutôt opté pour la solution la plus simple, à savoir faire «le pied de grue» devant le «Trésor Public».

Interrogé par i Sport au sujet de cette situation, certains employés en plein de désarroi indiquent être à la «la maison dans l’attente de voir l’État débloquer la subvention», avant d’ajouter «Cette situation est d’autant plus dramatique que  nous ne sommes même plus capables de subvenir à nos besoins». Encore une situation chaotique, qui met une fois de plus en péril le football gabonais.

Laissez votre commentaire