Licenciement abusif à Total: vers une montée de tension dans l’ensemble du secteur pétrolier

© D.R

Le bras de fer qui oppose depuis plusieurs semaines, la compagnie pétrolière française Total Gabon et l’Organisation nationale du pétrole (ONEP) est-il sur le point de se propager sur l’ensemble du secteur pétrolier et activités connexes? C’est ce que laisse présager la dernière communication de la puissante organisation syndicale aux travailleurs de ce secteur sensible pour l’économie du pays.

Cet appel à la mobilisation fait suite  à la procédure de licenciement initiée par la direction générale de Total à l’encontre de 6 salariés ayant participé à la grève et ayant joué un rôle dans le processus de sécurisation des installations sur les sites Cap Lopez et Ile Mandji.

L’organisation syndicale relève que malgré la saisine du juge des référés du Tribunal de Première Instance de Port-Gentil et l’injonction à Total de cesser cette procédure, cette dernière avait implicitement indiquer refuser de respecter la décision rendue par la justice. «Cette communication de la direction générale de Total Gabon signifie que Total Gabon se substitue aux pouvoirs législatives et judiciaires de la République gabonaise, les décisions judiciaires à son encontre n’ont aucun effet sur son pouvoir décisionnel et qu’elle est audessus des institutions judiciaires (…) la grève est désormais interdite au sein de Total Gabon», indique le secrétaire général de l’ONEP, Sylvain Mayabi Binet.

Outre cette situation inqualifiable, les membres de l’ONEP déplorent que ces actions de l’entreprise pétrolière seraient soutenues par le patronat et encouragé par le silence de l’administration notamment les ministères du Travail et Pétrole, estimant dès lors qu’il y a «fort à craindre que si ça passe à Total, ça passera aussi dans tout autre entreprise du secteur».

Pis, elle révèle que l’entreprise exercerait un lobbying auprès de «certaines hautes autorités administratives» notamment du côté de la Présidence et des ministères de l’Intérieur, de la Justice, du Travail et du Pétrole, avec comme objectif d’acter l’interdiction de grève dans les entreprises du secteur pétrolier et activités connexes ou encore la fin du dialogue social et des revendications collectives.

C’est donc dans l’optique de mettre en échec ce «projet social machiavélique conduit par Total Gabon et visant à la fois la liquidation de l’ONEP et la fin de toute forme de revendications des travailleurs», qu’elle a appelé ces derniers à la vigilance et à la mobilisation au moment opportun en collaboration avec les autres organisations syndicales du secteur pétrolier et activités connexes. 

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire